Les statistiques fournies par l’ambassadeur de Chine à Madagascar, Yang Xiaorong, (à gauche, sur la photo de une) lors du forum des médias, à l’Ambassade de Chine à Nanisana, font état d’une hausse des échanges sans précédent en 2017.

Les relations ont connu une croissance très importante ces dernières années, rapportant des « fruits abondants » selon Yang Xiaorong. En effet, de janvier à décembre 2017, les échanges commerciaux ont connu une croissance durable et stable.

Ainsi, le montant total des échanges bilatéraux a atteint 931 millions de dollars (763,42 millions d’euros), représentant 14,4% du total du commerce extérieur malgache, avec une augmentation de 20,58% comparée à la même période en 2016.

Cette croissance s’explique par l’application depuis 2015 de tarif douanier nul pour 97% des marchandises en provenance de Madagascar exportées vers la Chine

En matière d’investissements directs étrangers, les entreprises chinoises sont de plus en plus présentes à Madagascar, dans trois secteurs clés : agriculture, infrastructures, textile. Selon l’ambassadrice, les investissements chinois ont créé des emplois d’une valeur respective de 7,10 millions de dollars (5,8 millions d’euros) en 2016 et de 4,48 millions de dollars (3,7 millions d’euros) de janvier à septembre 2017.

Au cours des 45 années de relation diplomatique entre les deux, les aides publiques chinoises au développement totaliseraient, selon l’ambassadrice, 3 milliards de yuans (402 millions d’euros). Ces aides perdurent dans divers projets comme la route des œufs, le projet d’accès à la télévision par satellite à des centaines de villages et le projet d’extension et d’aménagement de la voie rapide reliant le Port de Toamasina et la RN2.

Ce projet est financé par un prêt de la Chine d’une valeur de 205,5 milliards d’ariary (520 millions d’euros), pour l’extension et l’aménagement de la voie rapide. Par cette route, l’ambassadrice souhaite que « le commerce en conteneurs augmente de plus de 70%. Ce sera une solution efficace pour réduire l’embouteillage dans la ville de Toamasina. La réalisation de ce projet démontre la volonté de la Chine d’accompagner Madagascar dans le développement des infrastructures de base« .