Le Nigeria a signé le 15 mai 2018 un contrat ferroviaire de 6,68 milliards de dollars avec l’entreprise publique chinoise CCECC pour la construction d’un tronçon le long de la ligne entre la capitale économique, Lagos, et le carrefour commercial de Kano (nord).

La signature de ce contrat pour le tronçon Ibadan-Kaduna «permet l’achèvement de tous les tronçons majeurs de la ligne ferroviaire Lagos-Kano», a assuré le ministère nigérian des transports dans un communiqué. De son côté, la China Civil Engineering Construction Corporation (CCECC) a confirmé cette signature.

Ce projet de modernisation de la ligne ferroviaire Lagos-Kano a débuté en 2006 et a été divisé en plusieurs lots. Une première phase a démarré en 2011 avec la portion Abuja-Kaduna, mise en service par le président Muhammadu Buhari en 2016. En mars 2017, la deuxième phase, vient de commencer.

A l’occasion de la signature du contrat pour le tronçon Ibadan-Kaduna, le ministre des transports, Rotimi Amaechi a précisé que les travaux devraient s’achever dans deux ou trois ans «en fonction de la disponibilité des fonds».

Ce dernier s’est toutefois engagé à ce que son financement figure dans les budgets 2018 et 2019. Cette ligne à écartement normal doit relier le sud-ouest au nord du pays, reliant l’axe Osogbo-Ilorin-Minna à Kaduna, avec un embranchement à voie unique entre Osogbo et Ado-Ekiti.

La CCECC obtient son second contrat au Nigéria. En mars 2017, le gouvernement nigérian a accordé à la société China Civil Engineering Construction Corp (CCECC) un contrat de 1,79 milliard de dollars (1,5 mds €) portant sur la construction de la 2ème phase d’un chemin de fer reliant le centre de Lagos à plusieurs de ses banlieues.

Le ministre du territoire de la capitale fédérale, Muhammad Bello, avait précisé que les travaux de construction de cette deuxième phase de la ligne ferroviaire devraient s’étaler sur trois ans, et seront financés par la Banque chinoise d’import-export (Exim Bank of China).

CCECC avait déjà réalisé la première phase du projet baptisé Abuja Light Rail. Les entreprises chinoises ont remporté ces dernières années la quasi-totalité des contrats relatifs à la construction d’infrastructures routières et ferroviaires au Nigeria, grâce en partie au soutien financier de la Chine, via la Exim Bank of China.

Le Nigéria emprunte 5,85 milliards de dollars à Eximbank