Après l’annonce du président américain Donald Trump, le gouvernement chinois a dit «apprécier» la position américaine concernant la société ZTE, a déclaré Lu Kang, porte-parole du ministère des affaires étrangères.

En effet, Donald Trump a annoncé travailler avec Xi Jinping pour apporter à la société ZTE «un moyen lui permettant de reprendre ses activités, vite», assurant que le département du commerce américain avait reçu pour instruction de travailler sur cette question.

Donald Trump au secours de ZTE ?

Lu Kang a de son côté indiqué que le gouvernement «maintenait une communication étroite avec les Etats-Unis sur des détails et questions spécifiques préoccupant la partie américaine». D’ailleurs, l’envoyé spécial du président Xi Jinping, également vice-Premier ministre, Liu He, se rendra aux Etats-Unis du 15 au 19 mai.

Ce dernier tiendra des consultations économiques et commerciales avec l’équipe américaine dirigée par le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin. «La Chine est disposée à oeuvrer avec les Etats-Unis afin de promouvoir des résultats positifs et constructifs lors des prochaines consultations», a indiqué Lu Kang.

Le dossier ZTE est devenu une priorité pour le gouvernement chinois. D’autant que l’entreprise emploie près de 70 000 personnes à travers le monde. ZTE, l’un des plus gros équipementiers télécom au monde, a été sanctionné mi-avril par le département du commerce des États-Unis d’interdire aux sociétés américaines d’exporter et de vendre leurs produits à ZTE.

Suite à l’interdiction d’exportation, ZTE a déclaré vouloir échanger activement avec les parties concernées par cette sanction, afin de trouver une solution. La société a assuré que la conformité de ses produits aux critères d’exportation était désormais une priorité. Toutefois, cette affaire a suscité en Chine un débat sur la nécessité et l’urgence de développer à l’intérieur du pays une industrie de puces électroniques fiable.

«Transformer la crise que connaît ZTE en une opportunité»