Cette année marque le 200ème anniversaire de l’arrivée des premiers migrants chinois en Australie, qui sont aussi les plus anciens migrants, dont Mak Sai Tang.

A l’instar des territoires voisins tels que l’île Maurice, Madagascar, La Réunion et les Seychelles, l’Australie a vu arriver des centaines de chinois dans le cours du 19ème siècle. Auparavant arrivée par hasard, le gouvernement australien met en place une immigration organisée dans les années 1840, car les chinois se révèlent être de la main d’œuvre bon marché.

Lorsque le transport des convicts est aboli en Nouvelle-Galles du Sud, l’industrie de la laine mérinos n’a plus de main d’œuvre. Les colons britanniques se tournent alors vers la Chine, avec qui ils ont longtemps commercé.

Entre 1848 et 1853, 3 000 travailleurs chinois embarquent à Amoy (actuelle Xianmen) ou Canton (Guangzhou) pour se rendre à Sydney. Certains fuient la surpopulation et des conditions économiques désastreuses dans tout le sud de la Chine, en raison des Guerres d’opium et des révoltes dans tout le pays. D’autres sont arnaqués, voir kidnappé, par des «recruteurs» qui les vendent.

Dans la campagne de Nouvelle-Galles du Sud, ils sont employés sous contrat comme bergers, ouvriers agricoles, défricheurs du bush. Si certains repartent ensuite dans leur pays, d’autres choisissent de rester pour faire leur vie sur place.

La découverte d’or dans le Victoria est l’une des causes de la plus grande migration, bien avant la création de la Fédération d’Australie. Il est estimé à 10 000, le nombre de chinois débarquant chaque année à Melbourne entre 1853 et 1855.

Parcours du premier migrant chinois officiellement enregistré en 1818.  

Mak Sai Ying

Le premier chinois installé en Australie s’appelait Mak Sai Ying, de son nom anglicisé John Shying. Né en 1796 à Canton (aujourd’hui Guangzhou), il débarque à Sydney le 27 février 1818, avec John Baxland, un colon britannique, qui l’emploie comme charpentier pendant trois ans.

John Shying travaille également dans la ferme d’Elisabeth et John Macarthur, des éleveurs d’ovins considérés comme les pionniers du développement de l’industrie de la laine en Australie.

John Shying se marie avec une Anglaise en 1823. En 1829, il est le premier Chinois à obtenir une licence pour gérer un pub ; il devient tenancier du Golden Lion sur Church Street, à Parramatta. Il gèrera ensuite plusieurs établissements, dont le Parramatta Inn : dans son édition du 27 février 1844, lequel est surnommé Lucky House.

Par la suite, de nombreux chinois ont commencé à développer leurs commerces et industries contribuant à la croissance de Melbourne et de Sydney à la fin du XIXème. Mais, l’immigration chinoise est principalement masculine. Dans les années 1860, environ 40 000 chinois vivent en Australie, contre 12 chinoises. Ce déséquilibre homme-femme mène aux mariages de certains hommes chinois avec des femmes européennes.

Sentiment antichinois prend naissance

Le sentiment anti-chinois commence à se faire sentir, contribuant même à la création de la Fédération d’Australie, qui parmi ses premières lois intègre la politique de l’Australie blanche. Cette politique rend quasiment impossible l’arrivée de nouveaux migrants chinois en Australie.

Avec l’établissement de fédération, la population sino-australienne diminue, bien que les Sino-Australiens contribuent toujours au développement de la société australienne. D’ailleurs, plus de 200 d’entre eux combattent durant la Première Guerre mondiale, et lors de la Seconde Guerre mondiale.

La fin de la politique de l’Australie blanche conduit à l’accroissement et à la diversification de la communauté sino-australienne. Auparavant, l’immigration se limitait au sud de la Chine, à Macao et à Hong-Kong, elle s’étend dorénavant au reste du pays et aux chinois d’outre-mer, avec les réfugiés chinois du Vietnam et du Cambodge dans les années 1970.

À la suite des manifestations de la place Tian’anmen en 1989, Bob Hawke, Premier ministre de l’époque, autorise les étudiants de Chine continentale à s’installer de façon permanente en Australie. Depuis les années 1990, le flux d’arrivées en provenance de Chine continentale et de Taïwan reste constant et en augmentation, si bien que les chinois forment à présent la 3ème population née à l’étranger en Australie.

Des personnalités célèbres d’origine chinoise sont œuvrées en Australie :

  • Lin Lihua a été le premier Sino-Australien à être élu maire de la ville de Melbourne en 1999.
  • Penny Wong, dont le père était un membre de l’ethnie Hakka, a été élue sénatrice en 2002, avant de devenir le ministre des Finances du pays.
  • Victor Chang, qui fut un chirurgien cardiaque de premier plan et un pionnier de la chirurgie de transplantation cardiaque moderne, est né de parents sino-australiens à Shanghai.
  • Tsebin Tchen, sénateur pour l’État de Victoria de 1999 à 2005, né à Chongqing, premier Sino-Australien et premier migrant asiatique élu au Parlement d’Australie.
  • Zhenya Wang, sénateur pour l’Australie-Occidentale de 2014 à 2016, né à Nankin.
  • Harry Chan, maire de Darwin de 1966 à 1969, premier Sino-Australien élu à un tel poste.