La sonde Chang’e-4 a découvert que la température de la surface lunaire était descendue jusqu’à moins 190 degrés centigrades, plus froid que ce qui était prévu.

C’est la première fois que les scientifiques chinois reçoivent des données aussi importante, concernant les températures sur la surface de la face cachée de la Lune durant la nuit lunaire.

Le rover et l’atterrisseur de la sonde Chang’e-4 ont été réveillés par la lumière du soleil après un long « sommeil », durant leur première nuit lunaire extrêmement froide, a annoncé ce 1er février l’Administration nationale de l’espace de Chine (ANEC).

En raison de l’effet de freinage des marées, le cycle de révolution de la Lune est le même que son cycle de rotation, et le même côté de la Lune fait toujours face à la Terre, ont expliqué les scientifiques.

« Selon les mesures de Chang’e-4, la température de la couche peu profonde du sol lunaire sur la face cachée de la Lune est inférieure aux données obtenues par la mission américaine Apollo sur la face visible de la Lune », a indiqué Zhang He, directeur exécutif du projet de la sonde Chang’e-4, de l’Académie de la technologie spatiale de Chine.

« C’est probablement dû à la différence de la composition du sol lunaire entre les deux faces de la Lune. Nous avons encore besoin d’une analyse plus minutieuse », a-t-il déclaré.

Une journée lunaire et une nuit lunaire ont chacune une durée de 14 jours. La sonde Chang’e-4 s’est mise en veille pendant la nuit lunaire en raison du manque d’énergie solaire.

Les températures varient énormément entre jour et nuit sur la Lune. Auparavant, les scientifiques chinois ne disposaient d’aucune donnée sur le froid exact qu’il pouvait faire.