L’administration Trump a de nouveau déploré l’absence de réformes du gouvernement chinois en matière de politique commerciale et a menacé de taxer les voitures en provenance du géant asiatique.

« A l’heure actuelle, la Chine n’est pas venue à la table (de négociations) avec des propositions destinées à réformer significativement » ses pratiques commerciales, a souligné Robert Lighthizer, représentant au Commerce.

Ce dernier a dénoncé dans un communiqué les taxes douanières chinoises de 40% imposées aux voitures  américaines. « C’est plus que le taux de 15% que la Chine impose à ses autres partenaires commerciaux (…). Conformément à une demande du président (Donald Trump), je vais examiner tous les outils à disposition pour égaliser les tarifs douaniers imposés à l’automobile« , a-t-il annoncé.

Si les autorités américaines taxent les importation de voitures chinoises, cela n’aura pas d’impact réel sur les importations totales de voitures aux Etats-Unis. Robert Lighthizer a évoqué les accusation du président américain, Donald Trump, sur la politique commerciale de la Chine « qui porte un grave préjudice aux entreprises et travailleurs américains ».

Cette déclaration vise à pencher la balance du côté des Etats-Unis à la veille de la rencontre du G20 à Buenos Aires, dont le thème se fera sur le commerce. D’autant plus que Donald Trump doit rencontrer le président chinois, Xi Jinping, afin d’échanger sur un possible accord mettant fin à la guerre commerciale.

Avec la Chine, « le président estime qu’il y a une bonne chance de conclure un accord et il est ouvert à cette possibilité », a affirmé dans le même temps, Larry Kudlow, principal conseiller du président américain.