Origine du Covid-19 : l’OMS rejette la théorie de la fuite d’un laboratoire

par | Juil 7, 2021 | 2019-nCoV, Santé, SOCIETE

L’équipe d’experts organisée par l’Organisation Mondiale de la Santé pour enquêter sur l’origine du Covid-19 a rejeté les affirmations selon lesquelles le Covid-19 aurait fuité d’un laboratoire chinois, mettant en avant une enquête «cohérente et complète».

Conférence de presse concernant la fin de la mission des experts de l’OMS sur l’origine du Covid-19

Selon un article de l’agence de presse Xinhua, «à ce jour, aucune preuve scientifique n’a été découverte soutenant la théorie selon laquelle le virus aurait été créé artificiellement dans un laboratoire. Cette théorie malavisée devrait être abandonnée», a déclaré Wu Zhiqiang, un chercheur de l’Institut de biologie pathogénique affilié à l’Académie des sciences médicales de Chine et l’Université médicale de l’Union de Beijing.

Ce dernier a été membre de l’équipe internationale, qui s’est rendue à Wuhan dans la province du Hubei du 14 janvier au 10 février pour étudier l’origine du virus SARS-CoV-2.

Lire aussi : Les experts de l’OMS terminent leur quarantaine et partent en mission

L’équipe a été établie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et rassemblait 17 experts chinois et 17 experts étrangers. «Le respect des faits scientifiques était le fondement pour le lancement de cette mission. Au cours de celle-ci, les experts chinois et étrangers étaient unis et ont réalisé leurs recherches sous la condition préalable d’une ouverture et d’une transparence absolues», a souligné Wu Zhiqiang.

Dans un rapport publié le 30 mars, l’équipe de recherche a conclu que le virus s’était vraisemblablement propagé des chauves-souris aux humains, par le biais d’un animal intermédiaire.

Lire aussi : L’OMS souhaite une enquête sur l’hypothèse d’une fuite d’un laboratoire en Chine

La probabilité que le Covid-19 ait fuité d’un laboratoire à Wuhan est «extrêmement improbable», a souligné le rapport. C’est par le biais d’une méthodologie et d’une réflexion claire et impartiale que l’équipe est arrivée à ces conclusions, ont souligné les membres de l’équipe.

Lire aussi : A Wuhan, l’équipe de l’OMS émet des hypothèses sur l’origine du coronavirus

«L’équipe d’experts a commencé en analysant les données disponibles dans trois domaines : l’épidémiologie, l’épidémiologie moléculaire et les études animales et environnementales. En se basant sur les découvertes dans ces domaines et sur les suggestions qui en découlaient, l’équipe a ensuite proposé quatre origines possibles», a indiqué Wu Zhiqiang.

La transmission directe du Covid-19 d’un animal à un humain et sa transmission par le biais de produits de la chaîne du froid ont également fait l’objet d’une enquête par l’équipe en tant qu’origines possibles du virus.

Liang Wannian, professeur en santé publique de l’Université Tsinghua et chef de file du groupe d’experts au sein de l’équipe onusienne, a désigné que les experts chinois et de l’OMS ont adhéré aux principes scientifiques et d’ouverture.

Aucune des parties n’avait de points de vue prédéterminés, lorsque l’enquête a débuté. Dans l’évaluation de la théorie selon laquelle le virus trouverait son origine dans un laboratoire, le rapport a confronté cette spéculation à des enquêtes basées sur des faits tangibles», a indiqué ce dernier.

La présence de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2) humain et d’un site de clivage par la furine dans le gène du virus a été initialement interprétée comme une preuve de bio-ingénierie, car ces molécules permettent au virus d’entrer dans les cellules humaines. Cependant, le rapport note que l’ACE2 et la furine ont également été «toutes deux découvertes dans des virus animaux».

L’équipe d’experts organisée par l’OMS a indiqué qu’avant décembre 2019, lorsque le premier cas domestique a été détecté à Wuhan, l’équipe n’a découvert aucun dossier sur des virus étroitement liés au SARS-CoV-2 dans aucun laboratoire, aucun génome suffisamment similaire à celui du virus, ni aucune preuve d’une transmission interhumaine.

«C’est la raison pour laquelle, la possibilité d’une culture accidentelle du SARS-CoV-2 en laboratoire est extrêmement faible», indique-t-il.

De plus, les mesures de biosécurité dans les trois instituts impliqués dans la recherche sur les coronavirus à Wuhan étaient toutes adéquates. Aucun membre du personnel n’a été infecté par le Covid-19 d’après leurs dossiers médicaux et résultats de dépistage sérologique, ont écrit les rapporteurs.

Peter Ben Embarek, le chef de file de l’équipe d’experts étrangers, a souligné qu’il était «très improbable que quoi que ce soit puisse s’échapper d’un tel endroit», se référant aux bonnes procédures de gestion de l’Institut de virologie de Wuhan, qui a été accusé à tort dans ces affirmations de fuite de laboratoire.

De son côté, Dominic Dwyer, virologue australien et membre de l’équipe de l’OMS, a souligné que les experts avaient pu discuter de nombreuses questions avec les employés du laboratoire à Wuhan, y compris de la biosécurité, des protocoles pour la gestion des matériaux, du suivi sanitaire, des zones de travail spécifique et des analyses sanguines des membres du personnel.

«Avec ces informations, nous avons été convaincus qu’il n’y avait aucune preuve flagrante d’un quelconque problème et qu’une analyse rétrospective appropriée avait été menée pour voir comment le laboratoire avait fonctionné à ce moment-là», a-t-il expliqué après la publication du rapport en mars.

Laboratoire P4 de l’Institut de Virologie de Wuhan

La Chine déplore que depuis la fin du mois de mai, des médias et politiques occidentaux ont mis en exergue un rapport des renseignements américains, affirmant que trois employés de l’Institut de virologie de Wuhan auraient ressenti des symptômes du Covid-19 dès l’automne 2019.

Cependant, Danielle Anderson, virologue australienne qui a travaillé à l’Institut jusqu’en novembre 2019, a assuré que les protocoles de sécurité étaient complets et rigoureux. Aucune des personnes qu’elle a côtoyées à l’Institut n’est tombée malade à la fin 2019.

«Si des personnes étaient tombées malades, je pense que j’aurais été malade également, mais ça n’a pas été le cas. […] J’ai été testée pour le coronavirus à Singapour avant de me faire vacciner et je ne l’avais jamais eu», a expliqué cette dernière.

Les experts de la santé publique ont exprimé leurs inquiétudes sur le fait que ces spéculations infondées risquent d’approfondir la division au sein de la communauté scientifique et d’entraver les efforts pour mettre un terme à la pandémie, selon l’article de l’agence de presse, Xinhua.

«Tout le processus [de recherche de l’origine du virus] est empoisonné par la politique. […] Si vous vous voulez que les scientifiques fassent leur travail, collaborent [et] effectuent leurs recherches dans un environnement exempt de reproches pour trouver l’origine du virus, […] nous demandons que cela soit fait dans un environnement dépolitisé, où la science et la santé sont les objectifs, pas les blâmes ni la politique», a tancé Michael Ryan, le directeur exécutif chargé du Programme de gestion des situations d’urgence sanitaire de l’OMS.

Liang Wannian a souligné que les débats intenses étaient fréquents entre les membres de l’équipe d’experts de l’OMS, qui partageaient tous le même objectif : recueillir des preuves et des faits, selon l’article de l’agence de presse, Xinhua.

«Nous sommes fiers car nos efforts conjoints ont permis de publier ce rapport, qui est un atout précieux pour le contrôle épidémique actuel et qui le sera pour les futures études. Nous sommes confiants car, en tant que scientifiques, nous sommes tous parvenus à des conclusions et des consensus, qui sont basés sur la science et sur des faits», souligne-t-il.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :