Des  droits de sauvegarde ont été imposé par les services du représentant américain pour le Commerce (USTR) sur des panneaux solaires importés de Chine.

Cette annoncer intervient après la publication des préconisations de la Commission internationale du commerce américaine (USITC) qui avait jugé recevable la plainte de deux entrepreneurs américains en faillite.

Le représentant au Commerce, Robert Lighthizer, a indiqué que ces taxes dégressives seraient imposées sur quatre ans sur les panneaux solaires chinois, de 30% la première année, puis 25% la 2ème, 20% la 3ème et 15% la 4ème année.

Ces taxes sont adoptées parce que « la Commission internationale du Commerce a conclu que les producteurs américains avaient été sérieusement handicapés par les importations et a fait plusieurs recommandations au président » Donald Trump, d’après le communiqué du représentant.

Les Etats-Unis s’inquiètent du fait que « la Chine domine la fourniture mondiale (de panneaux solaires) et qu’elle a elle-même indiqué son intention d’accroître sa capacité en participant pour 70% à l’augmentation de la capacité mondiale de production prévue pendant le premier semestre 2017« .

La Chine est productrice de 60% des cellules photovoltaïques et de 71% des panneaux solaires dans le monde, a affirmé l’administration américaine. « La décision du président illustre le fait que l’administration défendra toujours les travailleurs américains, les agriculteurs, les éleveurs et les entreprises« , a indiqué Robert Lighthizer.

Dans un communiqué, l’association des industriels américains du secteur solaire (SEIA) a exprimé « sa déception » vis-à-vis de l’imposition de ces taxes qui vont « conduire à la perte de 23.000 emplois aux Etats-Unis et va conduire à retarder ou annuler des milliards de dollars d’investissements dans le secteur solaire« .

« En augmentant les prix » des structures d’énergie solaire, « cela risque de réduire la demande pour ces produits et de détruire des emplois manufacturiers », avait aussi fait valoir l’organisation professionnelle avant l’annonce de la décision.

L’administration a également annoncé des droits sauvegarde sur l’importation de grandes machines à laver fabriquées en Chine, en Corée du Sud, au Mexique, en Thaïlande et au Vietnam. Des droits dégressifs sont imposés sur trois ans (20%, 18%, 16%) jusqu’à 1,2 million d’appareils importés. Ils s’élèvent à 50% au-dessus de ce quota.