lundi, mai 20

Le PIB devrait afficher une croissance de 6,9 % en 2017

Le premier ministre chinois Li Keqiang a assuré que a croissance du PIB pour l’année 2017 devrait atteindre 6,9%, lors de la seconde rencontre des dirigeants de la Coopération Lancang-Mékong mercredi 10 janvier.

2017 : une économie plus élevée qu’estimée

« Au lieu de faire appel à des mesures de stimulation économique forte et sans discernement, la réforme structurelle du côté de l’offre de la Chine et l’innovation dans le macro-contrôle ont permis d’obtenir un taux de chômage urbain faible, de relever les importations et les exportations, d’améliorer la performance des entreprises et d’accroître les recettes budgétaires et le revenu des ménages », a indiqué ce dernier.

Les économistes estiment eux que la croissance de l’économie devrait avoir atteint 6,8% en 2017, un taux au-dessus de l’objectif du gouvernement de 6,5%. Cette légère embellie s’explique par le boom de la construction et la forte demande extérieure adressée à la Chine.

D’autant que les récentes données font état d’une diminution de l’excédent commercial du pays de 14,2% en 2017 à 2.870 milliards de yuans (393,7 milliards d’euros), contre une baisse de 9,1% en 2016, a déclaré l’Administration générale des Douanes. De leurs côtés, les exportations du pays ont augmenté de 10,8% pour atteindre 15.330 milliards de yuans, et les importations, de 18,7% à 12.460 milliards de yuans en 2017.

En décembre 2017, le gouvernement avait assuré son intention de poursuivre les réformes structurelles axées sur l’offre et de maintenir une politique monétaire prudente et neutre afin d’améliorer la « qualité » de la croissance.

Haro sur le désendettement

Dans un communiqué de presse, le Conseil d’Etat avait indiqué que « le développement économique de la Chine est entré dans une nouvelle ère. L’élément clé est que notre économie est passée du stade d’une croissance très rapide au stade de développement de haute qualité ».

Les dirigeants souhaitent s’en tenir pour 2018 à l’objectif d’une croissance d‘ »environ 6,5% » tout en poursuivant les efforts visant à limiter l’augmentation de l’endettement. D’ailleurs selon les statistiques de la Banque des règlements internationaux (BRI), publie en décembre 2017, le pays a enregistré des résultats positifs en matière de maîtrise de la dette, avec un léger recul des ratios d’endettement du pays.

A l’issue de la réunion de planification économique, le gouvernement « ne fait pas mention du besoin de réduire l’endettement des entreprises, ce qui était le cas l’an dernier, cela ne signifie pas que Pékin ne considère plus cet élément comme prioritaire », a estimé Yang Zhao, chef économiste de Nomura pour la Chine.

Interrogé par l’agence britannique Reuters, ce dernier a expliqué que le désendettement « pourrait ne pas être intensifié par de nouvelles politiques mais les politiques déjà lancées vont se matérialiser et produire leurs effet l’an prochain ajoutant que la réduction de l’endettement faisait partie de la stratégie de réformes structurelles ».

Le pouvoir central devrait prendre des mesures concrètes pour renforcer l’encadrement de la dette des collectivités locales, promouvoir l’investissement privé et poursuivre la réforme des entreprises étatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *