La Commission de régulation des marchés financiers (CSRC) a infligé à Tang Hanbo et sa firme de courtage des amendes pour fraude, d’un montant total de 1,2 milliard de yuans (162 millions d’euros).

La Chine a ainsi sanctionner les premières manipulations liées à la plateforme boursière Shanghai-Hong Kong. Cette décision vise à intensifier la chasse aux « crocodiles » de la finance, qui dévorent les économies des petits investisseurs, au moment où Beijing tente d’endiguer la fuite des capitaux.

Tang Hanbo et sa firme familiale sont accusés d’avoir manipulé à leur avantage le cours de plusieurs titres, dont celui de la société, Zhejiang China Commodities City Group, cotée à Shanghai.

Cette plateforme de connexion associant les places shanghaienne et hongkongaise, « Hong Kong-Shanghai Connect », a été lancé fin 2014. Cette structure permet aux investisseurs de chacune des deux Bourses d’acheter des actions sur l’autre place.

Et les investisseurs étrangers peuvent ainsi acheter, en passant par Hong Kong, des actions en yuans de sociétés cotées en Chine continentale. Les fraudeurs multipliaient les faux ordres à l’achat pour gonfler artificiellement le cours de l’action avant de le laisser s’effondrer brutalement, a expliqué le CSRC. D’après l’administration, il s’agit du premier cas de fraude sur cette plateforme boursière transfrontalière.

Depuis l’effondrement spectaculaire des Bourses en août 2015, le gouvernement met la pression sur les « manipulateurs de marché » et les « spéculateurs« , plaçant sous enquête plusieurs grands cabinets de courtage.

D’ailleurs, fin février, Liu Shiyu, président de la CSRC, s’était engagé à intensifier la chasse aux « gros crocodiles de la finances« , accusés de faire main basse sur les économies des petits investisseurs, à coups de délits d’initiés et de manipulations de cours.

Il avait alors indiqué que « dans les marchés de capitaux, quand on est un magnat de la finance, on est jamais très loin d’être un gros crocodile de la finance ». Pour preuve, des enquêtes contre des compagnies d’assurance pour des manipulations de marché, comme Evergrande Life et Foresea Life, ont été lancé.

« Les délits d’initié, les manipulations de marché et la dissémination de fausses informations ont été traitées par la tolérance zéro », a assuré la commission, se disant « décidé à combattre les magnats de la finance qui sont prêts à tout pour l’argent et le pouvoir ».