Les ventes de voitures particulières en Chine ont enregistré en janvier une hausse de 29,5% sur un an, après une forte baisse au début de l’année 2020 pour cause d’épidémie, a annoncé la fédération professionnelle.

Voiture électrique BYD Tang propose 80 km d’autonomie électrique

L’apparition en Chine du coronavirus et les premières mesures drastiques de confinement en janvier 2020 avaient pénalisé les ventes automobiles (-18% sur un an). Elles se sont ensuite effondrées en février (-79%) avant de repartir progressivement à la hausse au printemps, au fur et à mesure de la lutte contre le Covid-19.

En janvier 2021, 2,5 millions de voitures ont été vendues, a indiqué dans un communiqué l’Association chinoise des constructeurs automobiles (CAAM). Bien qu’en forte hausse sur un an, ce chiffre est toutefois en repli sur un mois (-11,6%).

En janvier, les ventes de véhicules verts ont augmenté. Avec 179.000 unités écoulées, leurs ventes ont plus que doublé sur un an. La Chine, principal pollueur mondial, vise en 2035 un parc automobile majoritairement composé de véhicules dits non polluants. Pour doper un secteur qui représentait à peine 5% des ventes en Chine en 2019, la Chine multiplie les points de recharge et de recyclage des batteries.

La Chine est le plus grand marché automobile du monde. Les ventes de voitures y sont toutefois en repli depuis 2018, en raison du ralentissement économique généralisé et des tensions commerciales avec les Etats-Unis. En 2020, le marché chinois a accusé un repli de 1,9% sur un an.