Une délégation de responsables de la formation professionnelle au Burkina Faso s’est rendu à Taïwan, suite à l’invitation du Centre de formation professionnelle et le Centre de certification professionnelle de l’Agence pour le développement de la main-d’œuvre du ministère taïwanais du Travail.

L’objectif de cette visite pour les burkinabés étaient de s’inspirer de l’expérience taïwanaise afin d’organiser une compétition des métiers au Burkina Faso. Ils ont également chercher à comprendre la gestion du Centre de formation professionnelle, à Taichung, et en ont profité pour visiter des entreprises industrielles qui accueilleront prochainement des stagiaires burkinabés.

Pour le secrétaire burkinabé permanent de la Commission nationale de certification, Jean Baptiste Zoungrana, a expliqué à Taïwan Info que 44 centres publics de formation professionnelle sont présents dans le pays. Parmi eux, deux ont été créés avec le soutien de la coopération taïwanaise, celui de Ziniaré, créé en 2010, et celui de Bobo-Dioulasso. Ces deux centres de formations vont accueillir en septembre 2017 sa première promotion.

Blaise Daboné, directeur du Centre de formation professionnelle de référence de Ziniaré, a expliqué que son centre a été « conçu à l’image du centre de Taichung, avec 10 spécialités enseignées, depuis la boulangerie-pâtisserie jusqu’au génie civil, en passant par la mécanique de précision et la menuiserie bois« .

Le centre de Bobo-Dioulasso va proposer six spécialités, dont l’électronique, le froid-climatisation, l’énergie solaire et la maintenance industrielle, a précisé son directeur Souleymane Ouattara. Installé au sein d’un parc industriel, son objectif est de faire prospérer les entreprises environnantes en formant les compétences requises et en les fournissant en pièces de rechange.

A Taichung, la délégation a visité des entreprises taïwanaises du secteur des machines-outils, qui vont accueillir pendant 10 mois 20 stagiaires burkinabè, âgés de 20 ans environ et diplômés du centre de Ziniaré.

Spécialisés en mécanique de précision et en génie électrique, ces stagiaires vont d’abord suivre une formation linguistique et culturelle de deux mois au Burkina Faso, puis une formation professionnelle de deux mois au centre de Taichung, avant d’être postés en entreprise.

Les étudiants vont prendre part à la production mais aussi à l’assemblage des machines, afin d’assurer à leur retour au Burkina Faso la maintenance de ce type de machine, dans le cadre des accords de coopération entre Taïwan et le Burkina Faso. Enfin, la délégation burkinabè a assité à l’organisation de la compétition des métiers, à laquelle participe cette année un candidat burkinabè, Tiamangou Yonli.

L’objectif est de partager les expériences, afin d’organiser un événement similaire au Burkina Faso. La délégation a aussi rencontré le vice-ministre du Travail, Lin San-quei, qui est également vice-président de l’organisation internationale Wordskills, dédiée à la promotion des savoir-faire professionnels. Le Burkina Faso, a confié Jean Baptiste Zoungrana, souhaite adhérer à Wordskills et l’organisation d’une compétition nationale des métiers permettra au pays de crédibiliser sa candidature, selon le site Taïwan Info.

Une association burkinabaise veut nouer des relations avec la Chine