La fonte des glaciers sur le plateau du Tibet pourrait entraîner le ruissellement de mercure depuis le sol et causer une pollution à long terme, selon des chercheurs de l’Institut de recherche sur le plateau du Tibet de l’Académie des Sciences.

Elément toxique, le mercure s’écoule lors de la fonte des glaciers, notamment sur le plateau Qinghai-Tibet, a indiqué Zhang Qianggong, chercheur au sein de l’académie, dans un article publié ce mois-ci dans la revue britannique Environmental Pollution.

Accélération de la fonte des glaces

En août 2016, les scientifiques alertaient des dangers de la fonte des glaces dans la région, car elle pouvait toucher les populations à différents niveaux. D’après un article publié dans Nature Communications,  les carburants fossiles et la combustion de la biomasse sont les sources du carbone noir, qui accélère la fonte des glaciers dans l’Himalaya et sur le plateau tibétain.

Ce carbone noir provient essentiellement de la combustion des carburants fossiles, mais selon les scientifiques de l’Académie des sciences de Chine et de l’Université de Stockholm, le  niveau de combustion dans les puits de neiges des régions centrales du plateau sont trop faibles pour expliquer cette fonte.

Ces derniers ont conclu que l’incinération d’énergies fossiles est due à l’homme, notamment avec la combustion de bouses de yak. En effet, au Tibet, près de 74% de la population vit dans les régions rurales et une grande partie utilise les bouses de yak et les excréments de chèvre comme source de chauffage.

Avalanche et glissement de terrain menacent les populations

Ces combustions accentuent le réchauffement climatique réduisant un peu plus chaque année l’état actuel des glaces tibétaines, devenue une menace directe pour la population civile et le paysage dans la région.

En effet, une série d’avalanches et de glissements de terrain a eu lieu en juillet 2016, causant des changements majeurs dans la structure des glaciers tibétains, a expliqué Lonnie Thompson de l’Université d’État de l’Ohio, dans le Journal of Glaciology.

« Compte tenu de la vitesse et de la dimension des avalanches, cela ne peut être causé que par la présence de l’eau de fonte au pied de la montagne« , a indiqué le chercheur américain, cité par Sputnik News. Cette fonte aura un impact immédiat et sur le long terme avec notamment l’écoulement de mercure dans les sols.

Pollution au mercure détectée

L’équipe de Zhang Qianggong a étudié des échantillons du glacier Zhadang du bassin Qugazie, sur le plateau tibétain, remarquant des fuites de mercure.

« Les glaciers, particulièrement les glaciers alpins, ont reculé dans le monde à une vitesse croissante ces dernières décennies. Les inquiétudes, portant sur la fuite de polluants comme le mercure provoquée par la fonte des glaciers et sur les effets potentiels pour l’atmosphère et les écosystèmes dépendant des glaciers, sont de plus en plus grandes« , a indiqué le chercheur.

Selon les données collectées, « seul un faible ruissellement de mercure depuis le sol a été découvert dans le bassin, mais la quantité de mercure traversant le bassin est très élevée« , affectant la salubrité de l’eau et les ressources en eau.