Le groupe chinois Bytedance, propriétaire de l’application vidéo TikTok, a déclaré qu’il «respecterait strictement» les nouvelles règles d’exportation de la Chine.

Cette annonce pourrait ralentir la vente des activités américaines de l’entreprise, poussée par le président américain Donald Trump. L’application de vidéo TikTok est depuis plusieurs semaines au centre d’une tempête diplomatique entre la Chine et les Etats-Unis.

A tel point que le président américain a signé le 6 août au nom de la «sécurité nationale» un décret visant à forcer ByteDance à vendre rapidement les opérations américaines de TikTok, qu’il accuse d’espionnage au profit de la Chine.

Mais le ministère chinois du Commerce a élargi vendredi aux «technologies à usage civil» les règles édictées par la Chine concernant l’importation et l’exportation de technologies.

Pour la première fois depuis 2008, la Chine modifie la liste des technologies soumises à des restrictions ou interdictions d’exportation. Selon certains experts en Chine, ce changement pourrait de réglementation signifie que Bytedance devra obtenir l’approbation du gouvernement chinois pour vendre son application de partage de vidéos à une entreprise américaine.

Téléchargée 175 millions de fois aux Etats-Unis et plus d’un milliard dans le monde, TikTok est une plateforme très prisée des jeunes.

Lire aussi : TikTok porte plainte

La société TikTok a expliqué dans sa plainte que les décisions de Donald Trump sont motivées par des considérations politiques et financières, et non par des inquiétudes pour la sécurité nationale.

Lire aussi : Le décret présidentiel américain critiqué par la Chine

Le décret de Donald Trump est un abus de la loi fédérale «International Emergency Economic Powers Act» car la plateforme ne représente pas «une menace inhabituelle et extraordinaire», a argué le réseau social.