Selon le directeur technologique d’Alibaba Group, «l’intelligence artificielle et l’Internet en nuage (cloud, ndlr) sont deux domaines d’application majeurs où les puces chinoises peuvent avoir de bonnes chances de rivaliser avec les acteurs mondiaux».

«Dans ces deux domaines, nous sommes à peu près dans la même position que les Etats-Unis», a déclaré Zhang Jianfeng, directeur de la technologie chez Alibaba, qui a annoncé le 20 avril 2018 le rachat du fabricant de puces local Hangzhou C-Sky Microsystems. L’objectif d’Alibaba est d’aider les entreprises chinoises à renforcer leur autosuffisance dans le secteur.

Les récentes déclarations des dirigeants d’Alibaba ainsi que le rachat de Hongzhou C-Sky Microsystems, viennent quelques jours à peine après l’annonce du gouvernement américain de ne plus fournir de composants électronique à la compagnie des télécommunications ZTE.

Le géant ZTE en difficulté

Un tollé qui a poussé les experts du domaine à appeler le gouvernement à la promotion du «Made by China» dans ce secteur. D’autant plus, que depuis plusieurs années, les spécialistes des puces informatiques, appellent le gouvernement à promouvoir la recherche et le développement de ses propres puces électroniques dans différents secteurs industriels. Ils proposent à l’Etat de lancer des plans d’approvisionnement gouvernementaux, où d’accorder des déductions fiscales aux entreprises chinoises qui font preuve d’innovation dans ce domaine.

L’affaire ZTE Corp a suscité de nombreuses inquiétude autour de la dépendance de la Chine vis-à-vis des processeurs étrangers. «Une dépendance qui pourrait menacer les fondations de l’industrie de l’électronique en Chine», souligne Le Quotidien du peuple. Ainsi d’après les données officielles, la Chine a dépensé ces dernières années plus de 200 milliards de dollars (16,4 milliards d’euros) chaque année pour importer des puces.

Pour Hu Weiwu, patron de Loongson, première entreprise chinoise de microprocesseurs à usage multiple protégés par le droit de propriété intellectuel, «nous pouvons transformer la crise que connaît ZTE en une opportunité pour sensibiliser la population sur le rôle important des processeurs et intensifier nos actions pour mettre en avant l’utilisation de puces électroniques développées en Chine».

Selon lui, les efforts doivent se faire sur le développement d’un écosystème informatique dans lequel fonctionne ces puces, en ayant recours potentiellement à des subventions du gouvernement.

D’ailleurs, Zhang Jianfeng, directeur de la technologie chez Alibaba, a expliqué que face à «la vague d’intelligence (articifielle, ndlr) en cours, les entreprises qui possèdent suffisamment de données et qui gèrent des applications cruciales reposant sur l’intelligence artificielle auront un avantage concurrentiel dans le domaine de la production de puces intelligentes».

Raison pour laquelle, Alibaba a racheté C-Sky, pour «contourner les héritages de la puce traditionnelle (et, ndlr) trouver une solution alternative adaptée à l’environnement informatique basé sur le cloud, une nouvelle opportunité pour les entreprises chinoises». 

ZTE a réagit à la décision américaine