Le département d’État américain a publié de nouvelles directives permettant aux représentants américains de rencontrer plus librement des représentants de Taïwan.

Ned Price, porte-parole du département d’État

Cette mesure vise à approfondir les relations entre les États-Unis et Taïwan, dans un contexte d’intensification de l’activité militaire chinoise dans le détroit de Taïwan. Une nouvelle qui devrait faire réagir la Chine.

«Ces nouvelles directives libéralisent les orientations sur les contacts avec Taïwan, conformément à nos relations non officielles», a déclaré le porte-parole du département d’État, Ned Price, dans un communiqué.

L’objectif, a-t-il ajouté, est «d’encourager l’engagement du gouvernement américain avec Taïwan qui reflète l’approfondissement de nos relations non officielles».

Cette annonce entre dans le cadre de la directive de l’ancien secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, qui avait annoncé quelques jours avant la fin de la présidence de Donald Trump en janvier 2021 qu’il levait les restrictions sur les contacts entre les responsables américains et leurs homologues taïwanais.

Lire aussi : Mike Pompéo annule les restrictions avec Taïwan

De son côté, Ned Price a déclaré que les nouvelles directives avaient fait l’objet d’un examen mandaté par le Congrès et qu’elles «fourniraient une clarté dans l’ensemble de l’exécutif sur la mise en œuvre efficace de notre politique d’une seule Chine» – une référence à la politique américaine en vertu de laquelle Washington reconnaît officiellement la Chine au lieu de Taïwan.

La déclaration n’a fourni aucun détail sur ces directives. Cependant, un article a été publié sur le site du quotidien britannique Financial Times peu avant la publication de la déclaration de Ned Price. Il indiquait que ces directives signifieraient que les représentants américains pourraient accueillir régulièrement leurs homologues taïwanais dans les bâtiments du gouvernement fédéral.

Le bureau de représentation de Taïwan à Washington s’est félicité d’une mesure qui «reflète de manière substantielle l’approfondissement des liens entre Taïwan et les États-Unis». Cette annonce intervient, selon le bureau, à un moment où la coopération s’intensifiait dans des domaines, tels que la santé mondiale, l’économie et la sécurité régionale et qu’elle bénéficiait d’un soutien bipartite aux États-Unis.

La décision du département d’État se place dans un contexte de tensions accrues au sujet de Taïwan, que la Chine revendique comme une province rebelle. Au cours des derniers mois, Taïwan s’est plaint de missions répétées de l’armée de l’air chinoise à proximité de l’île.

Lire aussi : Taïwan met en place un nouveau plan pour contrer la Chine

En réponse à la présence de l’armée chinoise dans les eaux au large de Taïwan et aux exercices répétées des avions chinois dans la zone d’identification de défense aérienne (ZIDA) taïwanaise, les Etats-Unis ont dépêché un destroyer armé de missiles.

Il s’agit de l’USS John S. McCain (DDG 56), de la 7 e flotte de la Marine américaine, dans le détroit de Taïwan pour un passage de routine, le 4 e de ce type depuis l’accession de Joe Biden à la Maison Blanche.

Dans le même temps, le porte-parole du département d’État américain Ned Price a réaffirmé le soutien américain à la défense de Taïwan, de sa population et de sa sécurité, selon Radio Taïwan International. Les Etats-Unis se disent être prêts à intervenir en cas de menace ou d’attaque, dans le cadre du «Taïwan Relations Act», pour assister Taïwan à assurer sa capacité de résistance et protéger sa sécurité.

Lire aussi : Un amiral américain assure que la Chine pourrait envahir Taïwan

Taïwan est un dossier sensible pour la Chine et un sujet de conflit avec Washington, qui est tenu par la loi américaine de fournir à l’île les moyens de se défendre. La Chine estime que les États-Unis sont de connivence avec Taïwan pour défier Beijing et qu’ils apportent leur soutien à ceux qui veulent que l’île déclare officiellement son indépendance.