Le président chinois, Xi Jinping, a appelé le 31 décembre 2022 à plus d’efforts et d’unité alors que le pays entre dans une « nouvelle phase » dans son approche de la lutte contre la pandémie, dans ses premières déclarations publiques sur le COVID-19 depuis que son gouvernement a assoupli sa politique en la matière.

Dans un discours télévisé prononcé pour le nouvel an, Xi Jinping a déclaré que « la Chine de demain sera une Chine où la force vient de l’unité ». Ce dernier a indiqué que la Chine avait surmonté des difficultés et des défis sans précédent dans la bataille contre le COVID-19 : « depuis l’apparition de la COVID-19, nous avons toujours placé le peuple et la vie humaine au-dessus de tout, et adopté une approche ciblée basée sur la science, tout en optimisant les mesures sanitaires en fonction de l’évolution de la situation ».

« Nous avons fait tout notre possible pour protéger la vie et la santé du peuple. Les nombreux cadres et simples citoyens, surtout les personnels de santé et les travailleurs aux échelons de base, sont restés avec courage à leur poste en affrontant les dures épreuves. Grâce à des efforts ardus et opiniâtres, nous avons vaincu les difficultés et défis sans précédent. Cela n’a été facile pour personne ».

« Actuellement, la lutte contre la COVID-19 est entrée dans une nouvelle phase qui demande toujours un travail assidu. Chacun d’entre nous persévère dans l’effort, et l’espoir se dessine devant nous. Redoublons d’efforts, car la persévérance et la solidarité nous conduiront à la victoire », a assuré le président chinois.

Le 7 décembre, la Chine a abandonné son approche dite de « zéro COVID » basée sur des tests de masse, une quarantaine généralisée et des confinements – qu’elle avait maintenus depuis le début de l’épidémie en décembre 2019.

Depuis, certains hôpitaux ont été assaillis, les pharmacies ont vu leur stock de médicaments contre la fièvre se vider, tandis que de nombreuses personnes se sont imposées des mesures de confinement, mettant à rude épreuve les services de distribution.

Certains experts de la santé cités par l’agence de presse Reuters ont estimé que 60% des habitants de la Chine – soit l’équivalent de 10% de la population mondiale – pourraient être infectés au cours des prochains mois, et que plus de 2 millions pourraient mourir.