Le fabricant chinois d’équipements de télécommunications ZTE Corp. a déclaré le 20 avril qu’il n’accepterait pas une interdiction des Etats-Unis concernant l’entreprise, qualifiant la décision d’«extrêmement injuste».

Le géant ZTE en difficulté

Le département américain du commerce a interdit les exportations de composants destinés à ZTE, pour des violations présumées aux règlements de l’Administration chargée des exportations.

L’entreprise basée à Shenzhen a indiqué qu’elle était «déterminée à user de tous les moyens autorisés par la loi pour sauvegarder ses droits et intérêts légitimes, tout en continuant les efforts pour résoudre la question via le dialogue».

De son côté, le ministère chinois du commerce a dénoncé l’action américaine à l’encontre de ZTE, estimant que cela porterait atteinte aux Etats-Unis eux-mêmes. «Cette action cible la Chine, cependant, elle portera finalement atteinte aux Etats-Unis eux-mêmes», a indiqué le porte-parole du ministère, Gao Feng.

Cette interdiction devrait porter atteinte au développement des smart-phones 5G et au réseau sans fil rapide, d’après Patrick Moorhead, président et analyste principal de Moor Insights & Strategy, un cabinet-conseil spécialisé dans la tech.

Le ministère américain du Commerce a suspendu le 16 avril un accord de contrôle des exportations conclu avec ZTE, l’interdisant d’acheter des composants américains durant sept années, en raison de violations présumées de règles d’exportation. Les 7 prochaines années sont considérées comme une période critique au cours de laquelle les géants du secteur vont mettre au point et lancer cette nouvelle technologie.

«Du point de vue des équipements télécom 5G, je ne pense pas que la société en souffrira trop, mais ça va nuire aux smartphones 5G et à toute ambition en matière de centre de données 5G», a indiqué Patrick Moorhead.

Ce dernier a indiqué que les interdictions américaines obligeront «ZTE a avoir des difficultés à être compétitif dans les smartphones et l’edge computing», dont le traitement de données à la périphérie du réseau.

Le ministère chinois du commerce a estimé que «cette sanction allait se retourner contre les Etats-Unis». «Si les Etats-Unis pensent pouvoir freiner le développement de la Chine et la contraindre à faire des concessions au moyen d’un protectionnisme unilatéral préjudiciable aux intérêts des entreprises chinoises et américaines, ils se trompent», a commenté son porte-parole, Gao Feng.