Le Trésor américain conforte les propos du président américain Donald Trump, qui a annoncé mercredi 11 avril que la Chine ne manipulait pas sa monnaie, le renminbi (yuan).

Revirement de situation pour Donald Trump qui n’a eu de cesse durant plusieurs années d’accuser la Chine de sous-évaluer artificiellement le renminbi, s’étant d’ailleurs engagé à pointé du doigt cette irrégularité dès le « premier jour » de son mandat.

Or cette semaine, le milliardaire a réalisé un volte-face, désormais acté dans le dernier rapportdu Trésor américain sur les changes, paru vendredi 14 avril, estimant qu' »aucun grand partenaire commercial des Etats-Unis ne remplit les critères (…) définissant une manipulation des taux de changes« .

Cependant, l’institution américaine avertit qu’il « surveillera étroitement » les pratiques chinoises en matière de taux de change et appellera Beijing à ouvrir davantage ses marchés aux marchandises et services américains.

« La Chine continue de s’engager dans une vaste politique qui limite l’accès à son marché aux biens et services importés », a noté le Trésor, faisant part de son « inquiétude » face au déficit américain vis-à-vis de Beijing.

Le 13 avril, Sun Jiwen, porte-parole du ministère chinois du commerce, assurait que « la Chine n’a jamais eu l’intention d’avoir un excédent commercial avec les Etats-Unis », ajoutant que « la Chine souhaitait développer les importations en provenance des Etats-Unis sur la base de sa demande nationale ».

Ce dernier a attribué l’actuel excédent commercial à des différences dans certains domaines, tels que la structure économique, la compétitivité industrielle et la répartition internationale du travail, d’après le Centre de l’Information sur Internet de Chine (CIIC).

Le déficit commercial a diminué de 5,5%, à environ 347 milliards de dollars (326,2 milliards d’euros) en 2016, selon le Département américain du commerce. Avec un déficit commercial en baisse, Sun Jiwen a espéré que « les Etats-Unis ajusteront les contrôles des exportations pour créer les conditions, afin de dissoudre le déficit ».

Ce dernier a évoqué le surplus commercial du pays, estimé à environ 40%, dû aux sociétés américaines en Chine. Malgré cela, « le commerce bilatéral génère des bénéfices mutuels ». Le porte-parole a indiqué que « le commerce bilatéral a atteint 520 milliards de dollars (488,8 mds €) en 2016, soit un niveau 200 fois plus élevé que celui de 1979, année de l’établissement des relations diplomatiques ».

Raison pour lesquelles, « des relations commerciales stables et saines entre la Chine et les Etats-Unis sont dans l’intérêt des deux pays, mais aussi du monde entier« , ont indiqué les médias chinois.