jeudi, mai 23

« La Chine et la France renforcent leur coopération tournée vers l’avenir »

De Xinhua – Le président chinois Xi Jinping a été chaleureusement accueilli par le Premier ministre français Gabriel Attal à l’aéroport de Paris-Orly, alors qu’il entamait sa troisième visite d’Etat en France après celles de 2014 et 2019.

Cette visite a eu lieu pendant le 60e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France, lui conférant une signification particulière, en tant qu’une importante opportunité de construire sur les réalisations passées et d’orienter l’avenir des liens bilatéraux.

Au cours des 60 années écoulées, les relations sino-françaises sont toujours restées à l’avant-garde des relations entre la Chine et les pays occidentaux, donnant ainsi un excellent exemple de coexistence pacifique et de coopération mutuellement bénéfique entre pays dotés de systèmes sociaux différents, a déclaré M. Xi dans un discours écrit prononcé dimanche à son arrivée à Paris.

La Chine est prête à consolider l’amitié traditionnelle, à renforcer la confiance politique mutuelle, à construire un consensus stratégique et à approfondir les échanges et la coopération dans divers domaines avec la France à travers cette visite, a poursuivi M. Xi.

Un plus gros gâteau

Selon des données publiées par le ministère chinois du Commerce, les investissements directs français en Chine au cours des deux premiers mois de 2024 ont connu une augmentation de 585,8% en glissement annuel.

La Chine et la France, face aux difficultés et aux défis, ont défendu un véritable multilatéralisme et maintenu la bonne direction du libre échange et de la mondialisation économique, renforçant de manière significative la résilience et la vitalité de la coopération économique et commerciale bilatérale, a rappelé M. Xi lors d’un discours prononcé lors de la cérémonie de clôture de la 5e réunion du Conseil d’entreprises sino-français à Beijing en avril 2023.

Selon un sondage mené en 2023 par la Chambre de commerce et d’industrie française en Chine auprès des entreprises françaises installées là-bas, de nombreuses entreprises membres prévoient d’y investir davantage.

« L’importance du marché chinois, de mon point de vue, n’a pas changé », a affirmé à Xinhua Barbara Frei, vice-présidente exécutive de Schneider Electric. Elle a exprimé sa confiance dans la position de la Chine comme une économie plus mûre et le plus grand marché dans l’automatisation industrielle, tout en soulignant le rôle de la Chine en tant que « moteur d’innovation ».

Ses remarques ont été approuvées par Patrick Charignon, vice-président pour l’Asie-Pacifique d’EDF Renewables, une filiale de la principale compagnie d’électricité française EDF. « La Chine, avec ses immenses ambitions en termes de transition énergétique, et en tant que leader mondial de la capacité de production d’énergie décarbonée, est évidemment un marché très important pour EDF », a-t-il souligné.

Tout en mettant l’accent sur le bénéfice mutuel et la coopération mutuellement bénéfique, la coopération économique et commerciale entre la Chine et la France continue de se développer, élargissant le « gâteau » de la coopération. Le commerce bilatéral entre les deux pays a atteint 78,9 milliards de dollars en 2023.

La Chine est désormais le premier partenaire commercial de la France en Asie, tandis que la France constitue le troisième partenaire commercial de la Chine au sein de l’Union européenne (UE).

Lors d’une rencontre avec le président français Emmanuel Macron en avril dernier, M. Xi avait fait part à ce dernier de la volonté de la Chine de travailler avec la France pour construire un mécanisme de coordination rapide de la chaîne d’approvisionnement intitulé « de la ferme française à la table chinoise ». Aujourd’hui, ce mécanisme est devenu un brillant exemple de coopération pratique entre la Chine et la France.

« Nous produisons de la viande bovine de haute qualité grâce à notre système de certification et de traçabilité. Nous devons encore communiquer cette qualité aux consommateurs chinois », a indiqué à Xinhua Maxence Bigard, président d’INTERBEV, association française interprofessionnelle du bétail et de la viande.

Coopérer en matière d’innovation

Ces dernières années, les relations entre la Chine et la France ont atteint de nouveaux sommets, et les deux pays ne cessent de faire de nouveaux progrès dans la coopération en matière d’aviation, d’aérospatiale, d’énergie nucléaire, d’agroalimentaire et de développement vert, a rappelé M. Xi dans son discours écrit dimanche.

Dans la coentreprise établie par le groupe Renault et l’équipementier automobile chinois Minth, située dans la « Battery Valley » du nord de la France, deux nouvelles lignes de production ont commencé à fabriquer des boîtiers de batterie pour les véhicules électriques.

A l’intérieur de l’usine, des dizaines de robots de soudure et de manutention travaillent de manière ordonnée. Les technologies de pointe apportées par les Chinois ont permis aux partenaires français d’économiser du capital et du temps.

« Ce qui nous intéresse vraiment, c’est d’avoir ce partenariat pour pouvoir bénéficier du savoir-faire de ces entreprises chinoises qui ont pris des progrès très, très rapides, notamment dans les véhicules électriques, mais aussi dans les technologies en amont », a témoigné Yann Pitollet, directeur général de Nord France Invest, dont les propos font écho à ceux de nombreux dirigeants locaux.

En janvier, le constructeur aéronautique européen Airbus a ouvert un centre de services dédié à l’ensemble du cycle de vie d’un avion dans la ville de Chengdu, le premier centre de ce type pour l’avionneur en dehors de l’Europe.

« Le développement de notre présence sur le marché chinois nous donne l’occasion de découvrir de nouvelles voies de croissance », selon Brian Agnew, directeur général d’Airbus Lifecycle Services, ajoutant que le projet de Chengdu incite Airbus à accélérer le développement de services localisés, au bénéfice non seulement des clients chinois, mais aussi des clients mondiaux.

Dans l’industrie cosmétique, la Chine est devenue l’un des six centres mondiaux de recherche et d’innovation et l’un des trois centres mondiaux de technologie de la beauté pour la société française L’Oréal, ainsi qu’un centre d’évaluation des produits.

La France a été le premier pays occidental à coopérer avec la Chine sur des projets d’énergie nucléaire civile. Depuis, la coopération s’est étendue des domaines techniques à des domaines de recherche plus prospectifs.

« Les deux pays s’engagent à poursuivre leur coopération nucléaire sur des sujets de recherche et de développement de pointe, notamment sur la base de l’accord entre l’Autorité de l’énergie atomique de Chine et le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives de France », indiquait une déclaration commune de la Chine et de la France en 2023.

Luo Qingping, président de l’Institut chinois de stratégie de l’industrie nucléaire (CINIS), a dit à Xinhua qu’au cours de l’année écoulée, le CINIS avait mené, en collaboration avec EDF, des recherches prospectives sur l’énergie nucléaire afin de soutenir le développement à faible émission de carbone.

« Il s’agit d’un cas exemplaire de coopération en matière de planification stratégique et de recherche entre des entreprises chinoises et françaises, qui reflète le consensus entre la Chine et la France dans le développement de l’énergie nucléaire« , a observé M. Luo.

Élargir les plates-formes mutuellement bénéfiques

Dans son discours vidéo célébrant le 60e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France, M. Xi a recommandé que les deux pays « mettent en commun les forces de coopération et partagent les possibilités de développement par le biais de l’ouverture ».

L’Exposition internationale d’importation de la Chine (CIIE) est devenue un portail important pour l’entrée des produits français dans le marché chinois. La 7e CIIE de cette année a de nouveau invité la France en tant qu’invitée d’honneur. Pascale Thieffry, directrice du département Pavillons France de Business France, a confirmé que la CIIE avait beaucoup favorisé le développement commercial entre la France et la Chine.

Du côté français, le Salon international de l’Agriculture à Paris sert également de pont pour la coopération agricole entre la Chine et la France. De février à mars de cette année, le Pavillon chinois a fait son entrée dans cet événement annuel avec des spécialités locales comme les Gouqi secs et le thé aux écorces d’agrumes ainsi que des produits de l’artisanat chinois tels que le papier découpé et le théâtre de marionnettes d’ombres, y attirant de nombreux clients français pour discuter de la coopération.

Le commerce électronique transfrontalier entre la Chine et la France a enregistré un essor au cours des dernières années. Li Mingtao, chef de l’Institut de recherche au Centre de commerce électronique internationale de Chine, a relevé le fait que pendant les deux années écoulées, les plateformes de commerce électronique ont stimulé nombre de petites entreprises françaises à explorer le marché chinois.

Selon une étude de la SDA Bocconi School of Management en Italie, de 2019 à 2022, les exportations françaises en Chine sur les plateformes de commerce électronique telles que Tmall et Taobao Global se sont élevées à 41 milliards d’euros (44 milliards de dollars), à peu près l’équivalent du montant total des exportations de l’Italie, de l’Espagne et de l’Allemagne en Chine.

Parallèlement, les plateformes de commerce électronique chinoises comme Shein et Temu ont augmenté les exportations chinoises vers la France, offrant des produits abordables et de haute qualité aux consommateurs français.

La coopération sur les marchés de tierce partie entre la Chine et la France continue de même de s’approfondir. Le groupe Stellantis, un principal constructeur automobile mondial fusionné avec l’italo-américain Fiat Chrysler Automobiles (FCA) et le groupe français PSA, a investi 1,5 milliard d’euros (1.62 milliard de dollars) en octobre dernier pour acquérir environ 20% des actions de l’entreprise Leapmotor Technology, constructeur chinois de véhicules électriques. La coentreprise nouvellement créée a démarré la production de véhicules purement électriques en Italie et en Pologne, entre autres.

En République du Congo, la Chine et la France entreprennent conjointement avec ce pays d’Afrique centrale le projet d’opération de concession de la Route nationale n°1, stimulant considérablement l’emploi local et améliorant le bien-être de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *