Le 1er Octobre 2019, la République Populaire de Chine aura 70 ans alors que le pays s’achemine vers «une Société de moyenne aisance». A tous ceux qui éprouvent des sentiments d’affection, d’amitié, d’admiration et de respect pour le brave et vaillant Peuple Chinois à travers le monde, particulièrement en Afrique, nous disons avec enthousiasme que le compte à rebours pour la célébration du 70eme anniversaire a commencé depuis le 1er Janvier 2019.

En parlant de célébration, je me souviens comme si c’était hier, la mémorable commémoration du «70ème anniversaire de la Victoire du Peuple Chinois lors de la guerre de résistance contre l’envahisseur Japonais et la guerre mondiale antifasciste».

Lors de ce mémorable évènement auquel j’ai pris part en qualité de chargé d’affaires a. i. de l’Ambassade du Mali à Pékin, le Président Xi Jinping a déclaré à la fin de son immense discours, je cite : « Rhenmen Pishan », signifiant, «Vive le Peuple».

L’engagement ainsi affiché solennellement pour le peuple porte la flamme qui éclaire la Gouvernance de la Chine Nouvelle depuis cinq Générations de leaders : Mao Zedong, Den Xiaoping, Jiang Zemin, Hu Jintao, Xi Jinping.

L’esprit de cet engagement pour le bonheur du peuple chinois a façonné le progrès extraordinaire de la Chine Nouvelle, sa détermination inébranlable pour le développement de l’Afrique, sa disponibilité pour la paix dans le monde et la promotion de la construction d’une Communauté de destin pour l’humanité.

En jetant un regard rétrospectif sur les 70 ans de la Chine, nous relevons qu’en 1979, Deng Xiaoping a utilisé le terme «société xiaokang» comme objectif ultime de la modernisation de la Chine. Il pensait à une Chine qui deviendrait un jour un pays où les populations sont relativement aisées et où la prospérité économique partagée pourra créer des conditions de vie confortables pour la plupart des citoyens.

Le 29 novembre 2012, soit 21 jours après la clôture du 18e Congrès National du Parti Communiste Chinois, le nouveau Secrétaire Général Xi Jinping, lors de la visite de l’exposition «Voie du Renouveau» au Musée National a lancé le concept de «Rêve Chinois» et du «Grand Renouveau de la Nation Chinoise». Le 17 mars 2013, il expliquera clairement dans un discours ce qu’est le rêve chinois : «réaliser l’objectif de la mise en place d’une société de moyenne aisance et d’un pays socialiste moderne, prospère, démocratique, civilisé et harmonieux, c’est-à-dire réaliser le rêve chinois».

La réalisation du rêve chinois qui est «un rêve de développement national et non un rêve d’hégémonie» fait figure en bonne place dans les objectifs des «deux centenaires».

Il s’agit :

  • de construire en Chine une «Société de moyenne aisance sur tous les plans» à l’horizon 2021, moment de la célébration du 100ème anniversaire du Parti Communiste Chinois ;
  • de transformer la Chine en «un pays socialiste moderne, prospère, puissant, démocratique, harmonieux et hautement civilisé» à l’horizon 2049, au moment de la célébration du 100ème anniversaire de la République Populaire de Chine.

Si la Chine réalise le premier objectif (elle est sur le point de le faire), son économie sera 40% plus importante que celle des USA, mesurée en termes de pouvoir d’achat, selon l’estimation faite par le Fonds Monétaire International (FMI). Toujours selon le FMI, si la Chine atteint le deuxième objectif à l’horizon 2049, son économie sera trois fois plus grande que celle des USA.

«La société de moyenne aisance» est celle où tous les citoyens, ruraux et urbains, jouissent d’un niveau de vie relativement élevé. Il s’agit surtout de construire une «société moyennement prospère» en élevant le PIB par habitant à 10 000 dollars d’ici à 2021 et parachever l’urbanisation d’ici à 2030. Un «pays socialiste moderne, prospère, puissant, démocratique…» signifie que la Chine accède à une position très avancée, sinon de leader mondial dans les domaines de la science et de la technologie, de l’économie et du commerce, ainsi que de la régénérescence de la civilisation chinoise, de la culture et de la puissance militaire de la Chine.

D’ors et déjà, dans le domaine de la science, le 3 janvier 2019, la Chine est devenue le premier pays au monde à avoir posé une sonde spatiale sur la face cachée de la lune. Un exploit scientifique qui aurait fait fanfaronner certaines puissances du monde. Le Président Xi Jinping a aussi précisé que «tout le Parti et le pays doivent conserver et renforcer leur confiance dans la voie du socialisme à la chinoise, leur confiance théorique en eux-mêmes, leur confiance dans le système de la Chine et leur confiance culturelle personnel». Ces «quatre confiances» participent du chemin menant à la réalisation d’une société de moyenne aisance.

La constante montée en puissance de l’économie chinoise depuis des années est un signe indicateur de la prospérité du pays. En quelques années le revenu national brut par habitant a presque doublé en passant de 5 940 dollars à 9 260 dollars. La pauvreté qui est un élément fondamental dans l’évaluation de l’économie d’une société a été considérablement réduite. La réduction drastique de la pauvreté a apporté une vie meilleure à plus de 60 millions de Chinois entre 2013 et 2017.

A titre de comparaison, ce nombre dépasse de loin la population totale de plusieurs pays pris individuellement à travers le monde. L’éradication complète de la pauvreté en Chine est prévue aux environs de 2020. A cet effet chaque localité chinoise s’est dotée d’un plan réalisable pour se débarrasser de la pauvreté. A titre d’exemple, dans la province de Zhejiang où je me trouve, les changements remarquables quantitatifs et qualitatifs s’opèrent quotidiennement aussi bien au niveau des infrastructures que de l’organisation matérielle de l’environnement dans les villes et les villages de la région.

Dans le pays la pauvreté au niveau du monde rural a été drastiquement réduite, avec plus de 14 millions de personnes sorties de la pauvreté chaque année. Au cours de l’année 2017, la Chine a créé plus de 13 millions de nouveaux emplois dans les villes. Cette situation a d’avantage renforcé le sentiment de bien-être et de bonheur des populations.

Récemment, des progrès remarquables ont également été réalisés dans les infrastructures à travers tout le pays avec la mise en œuvre de programmes relatifs à l’extension du réseau ferroviaire (trains à grande vitesse), des routes nationales et internationales telles que : Hong Kong-Zhuhai-Macao Bridge et l’extraordinaire route Chine-Pakistan. Un nombre impressionnant d’unités industrielles a été créé ou renouvelé. Sur le plan agro-alimentaire, la Chine connaît une récolte agricole exceptionnelle depuis de nombreuses années.

Les nouvelles avancées dans le développement de l’aérospatiale ont renforcé les capacités de la défense nationale. Tout en réalisant son propre développement, la Chine a également apporté une importante contribution à la croissance économique mondiale. Au moment ou de grandes économies connaissent des difficultés, ou son en voie de s’effondrer, la Chine réalise régulièrement une croissance enviable.

Le pays contribue actuellement pour plus de 30% à la croissance économique mondiale. Les dirigeants chinois appellent la phase que traverse actuellement l’économie du pays, la «nouvelle normalité», à partir de laquelle émerge une économie plus durable et plus inclusive. Pour assurer le succès de ce rééquilibrage, les dirigeants chinois ont proposé une réforme structurelle.

La politique économique de la Chine implique des dispositions énergiques contre les industries obsolètes et inefficaces et la mise en place de nouveaux systèmes de travail et de production innovants qui protègent l’environnement et ne succomberont pas lors d’une éventuelle crise financière mondiale. L’objectif de croissance du PIB fixé pour 2018 a été atteint.

Le Premier ministre, Li Keqiang, a déclaré que cette croissance aiderait la Chine à remporter une victoire décisive dans la construction d’une société relativement prospère à tous égards. A ce rythme, la Chine générera une production totale supérieure à celle qu’elle a connue pendant la période où sa croissance était à deux chiffres. La gouvernance de la Chine est entrain de revitaliser et renouveler presque tous les aspects de la société, les secteurs de l’économie et des finances, de la santé, de l’éducation, en imprimant une phase de production de grande qualité.

Pour bâtir une grande nation, il faut un leadership engagé, patriote, compétent, attaché aux idéaux de la patrie, de la culture nationale et aux intérêts fondamentaux des populations. Aujourd’hui comme hier, les dirigeants chinois font montre d’un attachement indéfectible aux intérêts fondamentaux du grand et vaillant peuple Chinois.

Les cinq générations de leadership de la Chine ont chacune fixée des objectifs à atteindre et procédé à une planification en faveur des futures générations. La détermination exprimée par le Président Xi Jinping engage indubitablement la Chine sur la voie de la réalisation du «rêve chinois» au profit non seulement du peuple chinois, des peuples d’Afrique mais également du monde entier.

A travers le Forum sur la Coopération Sino-africaine, et «l’Initiative la Ceinture et la Route» (en Anglais Belt and Road Initiative), le Président Chinois apporte de considérables contributions à la lutte contre la pauvreté, au développement en Afrique, à la stabilisation de l’économie mondiale et à la promotion de la Construction d’une Communauté de destin pour l’humanité.