Les États-Unis n’ont pas vu la Chine échapper aux sanctions ou fournir des équipements militaires à la Russie, a déclaré un haut responsable américain. Ce dernier a indiqué que les mesures d’application prises récemment visaient certaines entreprises chinoises, et non le gouvernement.

Le département du commerce a ajouté cinq entreprises chinoises à une liste noire commerciale pour avoir prétendument soutenu la base industrielle militaire et de défense de la Russie alors que Moscou mène sa guerre en Ukraine.

Les responsables américains ont prévenu la Chine, si elle proposait un soutien matériel à l’effort de guerre de la Russie, elle devra faire face à des conséquences, dont des sanctions similaires à celles des russes. Mais pour l’heure, les dirigeants américains ont dit ne pas avoir encore détecté de soutien militaire et économique manifeste de la Chine à Moscou.

Lire aussi : Washington prévient Pékin de « conséquences » en cas d’aide à la Russie

« La Chine ne fournit pas de soutien matériel. Il s’agit d’une mesure d’application normale du cours des affaires contre des entités qui ont fait du backfilling pour la Russie », a déclaré à l’agence de presse britannique Reuters un haut responsable de l’administration Biden, faisant référence à la liste noire du Commerce.

« Nous n’avons pas vu la RPC (République populaire de Chine) se livrer à une évasion systématique ou fournir du matériel militaire à la Russie », a déclaré le fonctionnaire sous couvert d’anonymat.

Lire aussi : La Chine ne veut pas être «affectée» par les sanctions contre la Russie

Les États-Unis ont entrepris avec leurs alliés de punir le président russe Vladimir Poutine pour l’invasion de l’Ukraine, que Moscou qualifie d' »opération spéciale ». Ils ont sanctionné plusieurs sociétés et oligarques russes et ont ajouté d’autres à une liste noire commerciale.

La Chine a refusé de condamner les actions de la Russie et a critiqué les sanctions occidentales contre Moscou. Pékin a également affirmé qu’elle n’a pas fourni d’assistance militaire à la Russie ou à l’Ukraine, mais qu’elle prendrait les « mesures nécessaires » pour protéger les droits de ses entreprises.