Le gouvernement s’est dit prêt à riposter en adoptant les « mesures nécessaires » pour défendre ses intérêts, si Washington engagé des sanctions commerciales contre les exportations chinoises d’acier et d’aluminium.

L’administration Trump a élaboré trois scénarios pour des taxes ou des quotas sur les importations américaines d’aluminium et d’acier, a dévoilé le ministère américain du commerce. Le gouvernement américain dit vouloir préserver la sécurité nationale et l’emploi aux Etats-Unis.

Le président Donald Trump a jusqu’au 11 avril pour trancher le dossier de l’acier et jusqu’au 19 avril pour l’aluminium.  Or « si la décision finale des Etats-Unis devait affecter les intérêts chinois, la Chine adopterait les mesures nécessaires pour défendre ses droits légitimes », a indiqué Wang Hejun, directeur du Bureau des aides commerciales et enquêtes au ministère.

Ce dernier a réfuté les menaces pour la sécurité nationale des Etats-Unis, assurant que « les conclusions des enquêtes (du ministère américain du commerce) sont sans fondement et ne correspondent pas à la réalité« .

Donald Trump a affirmé que les industries américaines de la sidérurgie et de l’aluminium avaient été « décimées » par les importations chinoises à prix cassés. Cependant, Washington « ne devrait pas adopter à la légère des mesures restrictives sous prétexte de ‘sécurité nationale’ (…) une formule vague pouvant facilement mener à des abus« , pour  Wang Hejun.

Ce dernier a estimé que les Etats-Unis accordent déjà « une protection excessive » sur la production d’acier et d’aluminium. Par ailleurs, « l’essentiel de l’acier et de l’aluminium importés par les Etats-Unis sont des produits de bas et milieu de gamme utilisés à des fins civiles », a-t-il assuré. La Chine produit près de la moitié de l’acier mondial, mais fournit moins de 2% de l’acier importé par les Etats-Unis.