Les autorités égyptiennes ont signé à Beijing, un mémorandum d’accord de prêt évalué à 739 millions de dollars (657,7 millions d’euros) avec la Chine, dans le cadre de la construction d’une ligne ferroviaire.

Cette ligne reliera la ville d’Al-Salam, située dans le grand Caire, à la nouvelle métropole localisée à l’est de la capitale actuelle, a indiqué la ministre égyptienne des Investissements, Sahar Nasr.  Les travaux  devraient commencer d’ici deux à trois mois, selon l’Autorité nationale des tunnels (NAT).

Les estimations indiquent que le projet essentiellement financé par un crédit chinois remboursable sur une période de 20 ans, devrait permettre à l’exécutif égyptien d’économiser plus de 130 millions de dollars (115,7 millions d’euros) en subventions aux carburants. La construction de la nouvelle capitale, devrait coûter environ 300 milliards de dollars (267 milliards d’euros).

La Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (BAII) a aussi annoncé un prêt allant jusqu’à 210 millions de dollars (186,9 millions d’euros) pour financer un projet d’énergie renouvelable en Egypte.

Ce projet regroupe onze centrales d’énergie solaire sur un terrain vierge avec une capacité globale de 490 MW, selon un communiqué publié par la BAII.

Le projet d’énergie solaire permettra d’augmenter la capacité de production d’électricité de l’Egypte, de réduire la dépendance du pays au gaz et au pétrole pour la production d’électricité.

Ce prêt devrait aider le pays à remplir ses engagements dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat alors qu’il permet d’avancer vers un bouquet énergétique durable et respectueux de l’environnement, selon la BAII.

« Nous soutenons ce projet car il contribue à la capacité d’énergie renouvelable de l’Egypte et aidera à faire de ce pays un centre énergétique régional, ce qui apportera des bénéfices économiques à toute la région« , a indiqué D.J. Pandian, vice-président de la BAII et responsable en chef des investissements.

Le projet sera financé conjointement par la BAII et l’International Financial Corporation, et attire des prêteurs additionnels venant des secteurs privés et d’institutions financières bilatérales, selon le communiqué de la BAII.