Dans un entretien diffusé le 7 février, le président américain Joe Bien a prévenu que la rivalité entre les Etats-Unis et la Chine prendrait la forme d’une « compétition extrême », tout en assurant qu’il voulait éviter un « conflit » entre la Chine et les Etats-Unis.

La forme que prendra la rivalité entre les Etats-Unis et la Chine va changer avec Joe Biden.« Je ne vais pas gérer cela comme Trump », a déclaré le nouveau président des Etats-Unis. « Nous ne devons pas avoir un conflit. Mais il y a aura une compétition extrême », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Joe Biden qualifie la Chine de « concurrent le plus sérieux » des États-Unis

Le 20 janvier dernier, son secrétaire d’Etat, Antony Blinken, avait déclaré que Donald Trump « avait eu raison » d’avoir une position « plus ferme face à la Chine », tout en marquant son « désaccord » sur la stratégie du milliardaire républicain « sur de nombreux points ».

Si Joe Biden n’a pas encore parlé avec son homologue chinois Xi Jinping, il n’a « aucune raison de ne pas l’appeler », a-t-il déclaré, en soulignant connaître « assez bien » le personnage pour avoir eu, en tant que vice-président de Barack Obama entre 2009 et 2017, « 24-25 heures d’entretiens privés avec lui ».

Lire aussi : L’administration Biden n’est pas pressée de s’engager avec la Chine

Le président chinois Xi Jinping « est très dur. Il n’a pas, et je ne dis pas cela comme une critique, c’est juste la réalité, il n’a pas une once de démocratie en lui », a-t-il déclaré, selon des extraits rendus publics par la chaîne CBS de cette interview.

La Chine est considérée unanimement à Washington comme l’adversaire stratégique numéro un des Etats-Unis, et leur principal défi sur la scène internationale.

Lire aussi :Joe Biden devrait preuve de « patience » avec la Chine

Pour autant, Joe Biden est resté très vague sur la question de la Chine lors de son premier discours de politique étrangère, le 4 février. Il a promis d’être « au rendez-vous face à l’avancée de l’autoritarisme, en particulier les ambitions croissantes de la Chine ».

Il s’est également engagé à « contrer les abus économiques de la Chine », ses « actes agressifs« , et à défendre les droits humains, tout en travaillant avec la Chine « quand c’est dans l’intérêt de l’Amérique« . Interrogé sur ses intentions par la chaîne CBS durant cette interview, Joe Biden a affirmé qu’il voulait se « concentrer sur les règles internationales ».