Lors de sa visite en janvier, le ministre des affaires étrangères, Wang Yi, avait annoncé le renforcement des relations sino-nigérianes, avec notamment l’investissement d’importante somme dans l’infrastructure.

Ainsi, le ministre chinois a promit à son homologue nigérian, Geoffrey Onyeama, l’injection de 40 milliards de dollars (36,5 mds €) d’investissement dans l’économie du Nigeria qui s’ajouteront donc aux 45 milliards de dollars (41 mds €) déjà investis dans ce pays, essentiellement dans le domaine du transport.

Trois semaines plus tard, le gouvernement fédéral nigérian obtient un prêt de 7,5 milliards de dollars (6,8 mds €) de la part de la Chine pour financer la construction d’un chemin de fer reliant la capitale économique Lagos à la ville de Kano.

Lors d’un point presse, le ministre des Transports, Rotimi Amaechi, a indiqué que « le prêt doit encore être approuvé par l’Assemblée nationale ». Mais, selon lui, 1,4 milliard de dollars (1,3 mds €) serviront à financer la construction du tronçon Lagos- Ibadan, tandis que 6,1 milliards de dollars (5,5 mds €) seront utilisés pour la réalisation du tronçon Ibadan-Ilorin-Minna-Kaduna-Kano.

De plus, la construction de la ligne de chemin de fer reliant la ville de Warri (Sud) à la capitale fédérale Abuja, sera réalisée par le groupe chinois, China Railway Construction Corporation (CRCC), qui a signé en août 2016 un mémorandum d’entente avec le gouvernement nigérian pour la construction

Cet accord comprend aussi l’extension du port en eau profonde à Warri ainsi qu’un parc industriel à Bonny Island. Le ministre, Rotimi Amaechi, a indiqué devant le vice-président de la CRCC, Chen Xiao Xing, que « la ligne ferroviaire Warri-Ajaokuta-Itakpe-Baro-Abuja fait partie d’un corridor économique qui recèle des minéraux solides, ce qui en fait l’une des plus importantes au Nigeria ».

De son côté, Chen Xiao Xing a indiqué que la construction de la ligne Warri-Ajaokuta-Itakpe-Baro-Abuja devrait s’étaler sur trois ans.