Contrairement aux années précédentes, le nombre de chinois voyageant dans leur pays avant la fête du Nouvel an lunaire a plongé. Les restrictions sanitaires en vigueur face à la pandémie de coronavirus freinent les déplacements.

Le congé du Nouvel an, qui a démarré le 11 février pour une durée de sept jours, est la plus importante fête nationale en Chine et donne lieu traditionnellement à des rassemblements familiaux.

Lire aussi : Le Nouvel an lunaire en Chine : un moment de coutumes

Des millions de personnes parcourent le pays pour quitter les grandes villes et rejoindre leur domicile d’origine dans des régions reculées. Mais avec la pandémie de Covid-19, les chinois ont décidé de rester chez eux, ou dans leurs environnement proches

Ainsi, les données publiées par le ministère des Transports, le groupe chinois d’Internet Baidu et la société d’analyse du tourisme ForwardKeys ont montré une forte baisse du nombre de déplacements.

Selon le ministère du Commerce, 48 millions de personnes supplémentaires devraient rester sur place cette année dans 36 grandes villes du pays par rapport aux années précédentes. Une aubaine pour les entreprises de services aux collectivités et les salles de cinéma qui s’attendent à une demande accrue.

Les données du ministère des Transports montrent une chute de 70% du nombre de voyageurs à travers la Chine lors des deux semaines précédant le Nouvel an, par rapport à la même période de 2019. Les voyages lors du Nouvel an chinois de 2020 avaient déjà été perturbés par l’émergence de l’épidémie de coronavirus.

Un indice du voyage établi par Baidu à partir des données GPS de ses utilisateurs a mit en évergue une baisse de 41% des déplacements comparé à 2019. De plus, les réservations de vols pour les deux semaines précédant le congé du Nouvel An représentaient 32,8% du niveau observé lors de la période équivalente de 2019. De leurs côtés, les billets émis lors de la période de vacances s’élèvent seulement 14,7%, selon les données de ForwardKeys.

« Les perspectives de voyage pendant la période du Nouvel An chinois sont actuellement terribles (…). Vous pouvez voir clairement l’impact des restrictions officielles sur les voyages dans le comportement des consommateurs en matière de réservation », a déclaré Olivier Ponti, vice-président de la division Insights chez ForwardKeys.

Dès le début de l’année 2021, le gouvernement chinois avait exhorté la population à ne pas voyager pour le Nouvel an, afin d’éviter une recrudescence des nouvelles contaminations au Covid-19. Le gouvernement avait d’ailleurs poussé plusieurs autorités locales à imposer des mesures strictes de confinement.

Toutefois, certaines régions ont assoupli leurs restrictions ces derniers jours, faisant grimper les réservations de dernière minute, en particulier pour la ville de Sanya, une destination populaire située sur l’île chinoise de Hainan en Mer de Chine méridionale.

Face aux annonces gouvernementales, les entreprises de logistique, les producteurs d’énergie et les acteurs de l’industrie du divertissement comme les restaurants et les cinémas se sont préparés à ce qu’un grand nombre de la population reste dans les grandes villes.

D’ailleurs, les cinémas avaient fait grise mine pendant le confinement, avec des pertes record. Or grâce au Nouvel, les pré-ventes de tickets de cinéma pour la période des vacances s’élevaient à 1,463 milliard de yuans (187,2 millions d’euros) à la date du 11 février, battant le record établi en 2019 à 1,458 milliard de yuans, selon les données de Dengta, un système de suivi des données du box-office géré par Alibaba Pictures 1060.HK .

Le réseau national électrique s’attend à un pic de consommation dans l’est de la Chine, avec une hausse de 18% cette année lors de la période du congé du Nouvel an, à comparer à 2020, et de 10% dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest de la Chine.

Dans les régions du sud de la Chine, le pic de consommation d’électricité pourrait être 14% supérieur par rapport à 2020, selon le réseau national, qui attestent que certaines usines devaint reprendre leurs activités plus tôt que lors des années précédentes.