La domination de la Chine et des Etats-Unis sur les investissements dans l’IA est plus forte que dans tous les secteurs tech confondus, car les deux puissances sont les principales investisseurs du capital risque investi dans l’IA.

Les start-up chinoises et américaines d’Intelligence Artificielle (IA) ont capté ensemble environ 80% des investissements mondiaux de capital risque dans le secteur, selon une étude de l’OCDE publiée jeudi.

La domination de la Chine et des Etats-Unis sur les investissements dans l’IA est plus forte que dans tous les secteurs tech confondus, ou la paire États-Unis/Chine capte en moyenne 72% des investissements de capital risque.

Sur les 73,6 milliards (67 mds €) de capital risque investis dans les start-up d’IA dans le monde, les États-Unis en ont capté 56%, et la Chine environ 24%. L’UE vient ensuite avec 4% (dont 1% en France, au 10e rang mondial) suivie par le Royaume-Uni et Israël (autour de 3%), l’Inde, le Canada, le Japon, Singapour et la Corée du Sud.

«Les start-up spécialisées en IA dans les secteurs des véhicules autonomes, de la santé, des médicaments et des biotechnologies, des fonctions support aux entreprises, sont celles qui ont attiré l’essentiel des montants investis», ont écrit les rapporteurs de l’OCDE.

Leur rapport note également que les investissements de la Chine ont nettement moins tendance que les investisseurs américains à miser hors de leurs frontières.

Les investissements de la Chine représentent seulement 3% des investissements de capital risque en IA aux États-Unis, tandis que les investisseurs américains représentent 10% des investissements de capital risque en IA en Chine.