Yoro Diallo partage son analyse de la Conférence internationale sur « la coopération sino-malienne dans le contexte du Forum sur la coopération sino-africaine et de l’initiative la nouvelle route de la soie ».

La Chine et les pays Africains se retrouveront cette année 2021 au Sénégal dans le cadre du Forum sur la Coopération Sino-africaine. A cette occasion, les deux parties célèbreront les 20 ans de cet incomparable instrument de coopération internationale qui contribue amplement aux changements positifs remarquables dans la vie des populations Africaines durant ces dernières années.

Au sujet de la politique de la Chine pour le continent africain, lors d’une conférence de presse qu’il a tenue le 7 mars 2021, à l’ occasion de la 4ème Session annuelle de la 13ème Assemblée Populaire Nationale (APN), Wang Yi, Conseiller d’État, ministre des affaires étrangères de la République Populaire de Chine (image ci-dessous), a confirmé qu’« il est prévu que la prochaine conférence au sommet du Forum sur la Coopération Sino-africaine se tiendra cette année au Sénégal ».

Il a noté que

« La Chine saisira cette opportunité pour soutenir l’Afrique dans ses efforts pour vaincre le virus et renforcer le système de gouvernance de la santé publique… Il sera également une occasion de soutenir l’Afrique pour accélérer l’industrialisation, augmenter ses capacités de développement autonome, accélérer l’intégration régionale afin de prendre toute sa part dans la mondialisation économique, promouvoir le règlement politique des points chauds et préserver la paix et la stabilité sur le continent. La Chine et l’Afrique travaillerons ensemble dans une coopération de qualité dans le cadre de l’ « Initiative La Nouvelle Route  de la Soie » et à la  construction d’une communauté d’avenir partagé encore plus solide pour contribuer sans cesse au développement et au redressement du continent africain ».

Le Ministre Wang Yi a aussi rappelé que « les liens d’amitié profonds entre la Chine et l’Afrique se sont tissés à travers les luttes acharnées pour l’indépendance nationale et l’émancipation des peuples. La Chine et l’Afrique sont compagnons d’armes et frères. Elles sont liées par une amitié solide qui se renforce au fil du temps et seront toujours de bons amis et de bons partenaires qui partagent un avenir commun… ».

« L’amitié solide qui se renforce au fil du temps » qu’évoque Wang Yi me rappelle une tradition malienne qui enseigne : « une amitié solide de longue date qui perdure devient fraternité ». Cette belle tradition convient parfaitement aux relations Sino-maliennes. L’amitié solide Sino-malienne devenue fraternité, s’enracine dans les relations diplomatiques nouées le 25 octobre 1960 au lendemain de l’accession à l’indépendance de la République du Mali.

Les relations entre les deux pays se sont consolidées suite au voyage officiel effectué par le Premier ministre Chinois Zhou En Lai au Mali en 1964 et celui du Président Malien Modibo KEITA en Chine la même année. Les Dirigeants visionnaires Chinois et Maliens ont scellé les relations que ni le temps, ni les vicissitudes sur la scène internationale n’ont pu ébranler.

Au regard de cette belle tradition, le Centre d’Études Francophones de l’Institut des Études Africaines de Zhejiang Normal University en Chine, a organisé le 10 mars 2021 à Bamako, en collaboration avec le Club des Amis de la Chine au Mali, une conférence internationale sur le thème: « La Coopération Sino-malienne dans le contexte du Forum sur la Coopération Sino-africaine et de l’Initiative « La Nouvelle Route de la Soie ».

Placée sous la haute présidence de l’Ambassade de Chine au Mali, cette visioconférence a réunie des diplomates de haut rang (l’Ambassadeur de chine au Mali, l’Ambassadeur Directeur du Centre d’Études stratégiques du Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, représentant le Ministre des Affaires Étrangères du Mali), des Universitaires Chinois ( Prof, Liu HONGWU, Directeur de l’Institut des Études Africaines de Zhejiang Normal University), Maliens (l’ancien Conseiller économique à la Présidence du Mali, le Recteur de l’Université de Kabala à Bamako, le Directeur de la Bibliothèque Nationale du Mali), Français (Dr. Sébastien GOULARD consultant, spécialiste de l’Initiative la Nouvelle Route de la Soie), et Marocain (Dr. Nasser BOUCHIBA, Président de l’Association Coopération Afrique-Chine pour le Développement, ACCAD).

La conférence avait pour principal objectif de contribuer à la vulgarisation du Forum sur la Coopération Sino-africaine et de l’Initiative la Nouvelle Route de la Soie. Elle se proposait aussi de mettre en lumière les opportunités que le Mali peut saisir des deux instruments de coopération multilatérale. Le Maroc est un exemple éloquent.

Les intervenants ont exposé sur des thèmes tels que : la Coopération Sino-africaine, signification et contribution au Monde ; l’Initiative la Nouvelle Route de la Soie et l’Afrique ; les Perspectives d’une Coopération Sino-africaine au XXIe siècle ; la Coopération entre le Maroc et la Chine dans le cadre de l’Initiative la Nouvelle Route de la Soie ; le modèle de coopération Chine-Afrique dans le cadre de la Nouvelle Route de la Soie ; la Coopération Sino-Malienne: une amitié de longue date qui se perpétue.

L’Ambassadeur de Chine au Mali, ZHU Liying a salué l’initiative de la visioconférence. Il a noté :

« le Mali, certes se trouve dans une période de crise. Mais en chinois, la crise signifie à la fois danger et opportunité. A mon sens, avec la volonté et la sagesse, il y a des opportunités de trouver de nouvelles solutions politiques sécuritaires et de renforcer la coopération pragmatique avec ses partenaires traditionnels, notamment la Chine. A cette occasion je voudrais insister sur le fait que le Mali fait partie de l’Initiative la Nouvelle Route de la Soie et du Forum sur la Coopération Sino-africaine. Cette année au Sénégal, la Chine et l’Afrique vont célébrer ensemble le 20ème anniversaire du Forum avec des idées et des projets innovateurs. Quant à l’Initiative la Nouvelle Route de la Soie, notons qu’après la crise sanitaire, la Chine étant la seule économie principale au monde qui connait une croissance positive, plus de 2% l’an dernier et plus de 6% cette année, les perspectives de coopération avec la Chine sont encore plus prometteuses ».

L’Ambassadeur Mahamane TOURE, Représentant le Ministre des Affaires Étrangères a relevé : « notre ambition est de consolider et promouvoir avec la Chine, une relation stratégique spéciale fondée sur le respect mutuel, des rapports politiques de haut niveau sous-tendus par des relations économiques fructueuses et mutuellement avantageuses… Après la création du Forum sur la Coopération Sino-Africaine en 2000 à Beijing, la Chine a lancé en 2013, l’initiative de faire rayonner l’esprit de la « Route de la soie ». Le Mali a pleinement adhéré à ce projet d’envergure mondiale. En perspective: « nous devons promouvoir un nouveau partenariat qui prendra en compte la nouvelle vision de la Chine. Il nous faudra œuvrer à l’intensification et à la diversification des domaines d’intervention de la Chine au Mali, notamment dans le domaine de la réduction de la pauvreté dans les secteurs ruraux, en nous adossant au ‘’miracle chinois d’éradication de la pauvreté’’ ».

A court terme, l’identification et la réalisation de projets de proximité mieux adaptés aux besoins des communautés locales touchées par les conflits et les activités des groupes terroristes et criminels transfrontaliers. Il s’agit, comme la Chine a si bien réussi dans le cadre de la vision du Président Xi Jinping d’éradiquer la pauvreté, de créer les conditions, à travers des projets et programmes innovants, de renforcer la résilience des couches vulnérables.

A cet égard la valorisation des projets à impacts rapides et de proximité, dans le cadre de l’Initiative la Nouvelle Route de la Soie pourrait aider le Mali à jeter les bases d’une économie de transformation des matières premières, du secteur primaire et du sous-sol, en créant de la valeur ajoutée, en promouvant la création d’emplois pérennes au profit des jeunes.

Cette conférence qui était suivie sur Facebook par des participants Maliens, Chinois, Marocains Français, Sénégalais, Burkinabè, Ivoiriens, Guinéens, Camerounais et Congolais a incontestablement contribué à la vulgarisation des contenus du FCSA et de la Nouvelle Route de la Soie. Elle aussi contribué à éclairer la lanterne des Maliens, notamment des décideurs sur les opportunités à saisir dans le cadre des deux incomparables instruments de Coopération.

Il n’y a pas de doute que le document final de la Conférence servira les étudiants et les chercheurs maliens, chinois et africains. La coopération Sino-malienne est devenue un modèle de la coopération Sud-Sud et un bel exemple de coopération bilatérale.