En Chine, le 11 novembre est consacré à la « journée des célibataires » ; c’est la symbolique des nombres 11.11 qui crée ce phénomène très chinois. A l’origine, des étudiants chinois ont trouvé en cela une transposition de la fête de la Saint Valentin qui a lieu le 15 février. Et, comme toujours, un petit cadeau est la bienvenue. La demande a explosé et les offres ont été facilitées, depuis l’avènement du commerce en ligne.

Alibaba, qui est la plus grande plate-forme de commerce électronique en Chine, a organisé des soldes, ce samedi 11 novembre. Les ventes ont atteint 25,4 milliards de dollars, dans cette seule journée. Pour vous donner une comparaison, il faut savoir que récemment l’organisation patronale, la CPME a organisé une étude pour évaluer l’économie réunionnaise où il ressort que la demande tous secteurs confondus s’élève à 25 milliards d’Euros.

Ainsi, un mastodonte comme Alibaba réalise en une seule journée des transactions commerciales à peu près équivalentes à celles de l’ensemble de La Réunion en un an. La vente est une chose mais il faut disposer d’un bon service pour distribuer jusqu’au destinataire final des 812 millions commandes.

Apparemment les critiques passées sur les retards de livraison n’ont pas fait reculer la folie consumériste. Le phénomène se perfectionne. Le système de paiement en ligne vient tout juste de faire son apparition, et déjà Alipay, la plate-forme mobile de Alibaba, annonce que le jour des célibataires, il a « effectué 1,48 milliard de paiements dans le monde ».

La course à la consommation

A La Réunion, c’est surtout l’arrivée des enseignes de la grande distribution qui a crée le phénomène de la consommation à outrance. Avec force de publicité promotionnelle, chaque moment important de la vie s’est transformé en fête commerciale. Ainsi, à trois mois de la fin d’année, les jouets de Noël étaient déjà de sortie. Face à des dépenses lourdes, des commerçants invitent à jouir des biens à l’achat et ne payer qu’en février !

Dans notre petit pays, un grand magasin est capable de réaliser, en fin d’année, plus d’un million de chiffre d’affaire en une seule journée. On parle rarement des bénéfices car ceux-ci dépendent des capacités de leur groupement d’achat de dénicher dans le monde entier des produits les moins chers pour pouvoir les revendre le plus cher possible aux Réunionnais.

Le marché réunionnais est si juteux que les enseignes françaises les plus connues ont pris leur quartier dans notre petite île. De la Chine à La Réunion, le mouvement n’est pas prêt de s’arrêter.

Tribune d’Ary Yée Chong Tchi Kan