Plusieurs débris de la fusée Longue Marche 5 se seraient probablement écrasés dans plusieurs villages du centre de la Côte d’Ivoire, après une descente non maîtrisée.

La fusée devait initialement chuter dans l’océan Atlantique, mais depuis le début plusieurs des cas de chute d’objets spatiaux ont été signalés par les habitants de ces villages.

Des photos de ces débris métalliques se sont abondamment retrouvées sur les réseaux sociaux et des témoignages de villageois rapportent avoir entendu une grosse explosion et des bruits de chute. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie.

Dans un tweet illustré par l’image d’un de ces débris retrouvés en Côte d’Ivoire, l’astrophysicien, Jonathan McDowell du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics explique qu’un « objet de 12 m de long s’écrase sur le village de Mahounou en Côte d’Ivoire. Il se trouve directement sur la voie d’entrée CZ-5B, à 2100 km en aval du point localisé par Space-Track. Il est possible qu’une partie d’un étage ait traversé l’atmosphère jusque-là ».

Lancée le 5 mai 2020, pour un vol de qualification de quelques jours, la fusée chinoise Longue marche 5 a enregistré la chute de débris la plus spectaculaire depuis ces 30 dernières années, selon Jonatahn McDowell.

À lire aussi : Échec de lancement de Longue Marche 5

Ce dernier a précisé que le dernier évènement comparable a eu lieu en 1991 avec le retour sur Terre de la station spatiale soviétique Saliout 7.

Cette situation est étonnante car selon certains experts, la probabilité que ces débris touchent des zones habitées est relativement faible. Habituellement, une vaste zone au sud de l’océan Pacifique, au large des côtes chiliennes, appelée «point Nemo», est utilisée comme cimetière de matériaux astronautiques.

Toutefois, concernant Longue marche 5, il s’agissait d’une descente non maîtrisée par les scientifiques chinois. Un cas de figure qui, selon des experts occidentaux, peut intervenir lorsque l’engin spatial est resté inactif en orbite pendant un certain temps.

Dans l’éventualité où la chute de ces débris spatiaux en Côte d’Ivoire aurait causé des dommages ou fait des victimes – ce qui n’est toutefois pas le cas, d’après l’Agence Ecofin – la responsabilité de la Chine aurait pu être engagée si les enquêtes concluaient qu’il s’agit d’éléments provenant de Longue marche 5.

Selon le site spécialisé Numerama, la Convention sur la responsabilité internationale pour les dommages causés par des objets spatiaux de 1972 assure qu’un Etat «a la responsabilité absolue de verser réparation pour le dommage causé par son objet spatial à la surface de la Terre».