samedi, mai 18

L’agence de presse Xinhua proteste contre Washington

Un porte-parole de l’Agence de presse Xinhua a fortement condamné et s’est opposé à la décision des Etats-Unis de limiter les visas pour les journalistes chinois à 90 jours.

« La décision du département de la Sécurité intérieure des Etats-Unis est un acte discriminatoire et une répression injustifiée des journalistes chinois, exposant pleinement l’hypocrisie de la liberté de la presse vantée par la partie américaine », a déclaré le porte-parole dans un communiqué.

Les États-Unis ont publié le 8 mai une nouvelle règle resserrant les directives en matière de visas pour les journalistes chinois, en réponse au traitement des journalistes américains en Chine.

Depuis plusieurs mois, la Chine et les États-Unis ont engagé une série de représailles contre des journalistes. En mars 2020, la Chine a expulsé des journalistes de trois journaux américains, un mois après l’annonce de Washington de traiter cinq médias chinois de la même manière que les ambassades étrangères.

Un jour après le verdict américain sur ces médias, Beijing a expulsé trois correspondants du Wall Street Journal, deux américains et un australien, suite à la publication d’une chronique d’opinion que la Chine a dénoncée comme raciste.

À lire aussiColère contre le titre «la Chine est le vrai homme malade de l’Asie».

Le 8 mai, lors de la publication du nouveau règlement, le département de la Sécurité intérieure a cité ce qu’il a appelé la “suppression du journalisme indépendant” par la Chine.

Le règlement, entrée en vigueur le 11 mai, limite les visas pour les journalistes chinois à une période de 90 jours, avec possibilité de prolongation. Ces visas sont généralement à durée indéterminée et n’ont pas besoin d’être prolongés à moins que l’employé ne déménage dans une entreprise ou un support différent.

Un haut responsable du Département de la sécurité intérieure des États-Unis a déclaré que les nouvelles règles permettraient au département d’examiner les demandes de visa de journaliste chinois plus fréquemment et de réduire probablement le nombre total de journalistes chinois aux États-Unis.

« Cela va créer de plus grandes protections de sécurité nationale », a déclaré le responsable, sous couvert d’anonymat. Toutefois, les nouvelles règles ne s’appliqueront pas aux journalistes détenteurs d’un passeport de Hong Kong ou de Macao, les deux territoires semi-autonomes de la Chine, selon le département américain.

 

Pour tout savoir des relations et du conflit entre la Chine et les Etats-Unis, cliquez ici où sur l’image

 

De son côté, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré que son gouvernement prendrait des contre-mesures en réponse à la décision des États-Unis et a exhorté Washington à corriger immédiatement ses erreurs.

Zhao Lijian a déclaré lors d’un point presse que « la Chine déplore et rejette la décision des États-Unis », la qualifiant de « répression contre les médias chinois ». « Nous sommes résolument opposés et fortement insatisfaits de cela », a assuré ce dernier.

« Nous demandons aux États-Unis de corriger immédiatement leur erreur, sinon la Chine n’aura pas d’autre choix que de prendre des contre-mesures ». D’autant plus que « pendant un certain temps, les États-Unis sont restés fidèles à une mentalité et à un parti pris idéologique de la guerre froide, et ils ont constamment intensifié leur répression des médias chinois », a expliqué Zhao Lijian

Pour ce dernier, « ils utilisent des visas pour prendre des restrictions discriminatoires, perturbant gravement la capacité des médias chinois à faire des reportages normalement aux États-Unis, perturbant gravement les relations interpersonnelles entre nos deux pays ».

Reconnue comme un organisme de presse internationale, l’agence de presse et ses journalistes, basés aux Etats-Unis, « suivent depuis longtemps et strictement les lois et les règlements des Etats-Unis et se sont toujours engagés à couvrir l’actualité américaine en fonction du principe de l’objectivité, de l’équité, de la véracité et de l’exactitude », a déclaré le porte-parole de Xinhua.

Ce dernier a pointé du doigt les récentes restrictions et la répression contre les médias chinois, interférant gravement dans le travail et la vie des membres du personnel de Xinhua basés aux Etats-Unis. Le porte-parole a précisé que « plusieurs journalistes de Xinhua ont rencontré des difficultés délibérément créées par la partie américaine lors de la demande de visas américains ou lors de leur retour à leurs postes après des vacances en Chine ».

La direction de l’agence de presse Xinhua a exhorté Washington « à révoquer immédiatement sa mauvaise décision, à cesser toute oppression et restriction sur les bureaux de Xinhua basés aux Etats-Unis et sur les membres de son personnel qui s’y trouvent afin de garantir leurs droits et intérêts légitimes dans la couverture de l’actualité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *