Dans la ville du Guangzhou, 17.000 enfants d’une soixantaine écoles primaires ont reçu des montres connectées, afin d’augmenter la sécurité des écoliers via un système d’alerte et un GPS intégrés.

Baptisés «Safe Campus», les appareils visent à aider les parents à surveiller où se trouvent leurs enfants. Ils sont équipés d’un GPS et du système de géolocalisation Beidou, et d’un système d’alerte permettant à l’enfant de contacter rapidement un proche.

Les adultes et leurs parents peuvent aussi suivre les déplacements des écoliers via une application mobile. Ils peuvent même recevoir des notifications automatiques lorsque leurs enfants s’approchent d’un lac ou d’une rivière, afin notamment de prévenir tout risque de noyade.

D’après le journal Guangzhou Daily, le projet fait partie d’un plan global pour promouvoir l’utilisation de Beidou dans le cadre d’applications civiles. L’ensemble de ces applications a reçu le soutien des agences gouvernementales, dont le Ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information.

Le programme reste sur la base du volontariat, et 8.000 personnes se seraient déjà inscrites pour participer. Le projet prévoit de déployer 30.000 montres connectées, et pas seulement pour les enfants. Les personnes âgées pourront aussi bénéficier de la technologie.

Au-delà de ça, le ministère vérifie et enregistre les informations récoltées par les «Safe Campus». Il ne s’agit pas du premier projet d’appareil connecté à destination des écoliers.

Ce n’est pas la première fois qu’une école réfléchit à ce genre d’outil pour surveiller ses étudiants. Dans une récente publication sur WeChat, le géant des technologies Tencent a affirmé que des établissements utilisent des bracelets intelligents pour suivre les déplacements des enfants.

Plusieurs écoles locales ont opté pour des uniformes intelligents, qui sont équipées de deux puces GPS au niveau des épaules et permettent de suivre les déplacements des élèves. Les parents et les enseignants sont alertés lorsqu’un enfant quitte l’école pendant les heures de cours. Ces vêtements connectés sont reliés à un système de reconnaissance faciale, situé aux portes des établissements.

Certains projets font parfois polémique. D’après le média Abacus, une école aurait provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, après qu’un étudiant a découvert que la direction souhaitait acheter 3.500 bracelets GPS. Ces outils numériques devaient servir à assurer la sécurité des élèves pendant les cours de sport, et à les informer sur les derniers changements d’emploi du temps.