Deux hauts responsables de la province du Hubei (centre), d’où est partie l’épidémie de coronavirus, ont été limogés, a annoncé ce 11 février la chaîne CCTV.

Ces derniers avaient été vivement critiqués par l’opinion publique pour leur gestion de la crise. En effet, les autorités locales sont accusées par une grande partie de la population d’avoir tardé à réagir face aux premiers cas du coronavirus, apparu en décembre 2019 à Wuhan.

La colère s’est transformée en fureur après la mort le 7 février de Li Wenliang, 34 ans, l’un des premiers médecins à avoir alerté sur l’émergence de l’épidémie. Réprimandé par la police qui l’accusait de propager des «rumeurs», il a lui-même été contaminé.

Ainsi, Zhang Jin, le principal responsable du pCC à la Commission provinciale de la Santé, et Liu Yingzi, sa directrice, ont été démis de leurs fonctions sur décision du Comité permanent du PCC au Hubei, a annoncé CCTV.

Un ancien vice-ministre de la Commission nationale (ministère) de la Santé, Wang Hesheng, remplace actuellement les deux responsables limogés. Cette décision vise à apaiser l’opinion publique, qui réclamait des responsables après la mort de Li Wenliang.

Le Hubei est gravement touchée par l’épidémie,elle concentre 96% des plus de 1 000 morts enregistrés jusqu’à présent, et 74% des cas de contamination.

Le bilan des morts dépasse désormais celui du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère), qui avait traumatisé le pays en 2002-2003 et coûté la vie à 774 personnes dans le monde.