Alors que la Suisse, les États-Unis d’Amérique et la Suède sont en tête du classement mondial de l’innovation, la Chine se rapproche des 10 premiers pays innovants, a indiqué l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) à Genève.

Le 29 septembre, l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) a publié l’indice mondial de l’innovation 2022, dans lequel la Chine se classe au 11e rang, soit une place de plus que l’année dernière. Pour la porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Mao Ning, « le classement de la Chine dans l’indice mondial de l’innovation n’a cessé d’augmenter pendant 10 années consécutive ».

En 10 ans, la Chine a gagné 23 places, passant du 34e rang en 2012 au 11e rang en 2022. « C’est le dernier exemple de la ‘vitesse de la Chine’ et le reflet des réalisations de la Chine en matière de protection de la propriété intellectuelle (PI)« , selon cette dernière.

Un avis partagé par Daren Tang, directeur général de l’OMPI, qui a indiqué que « la Chine, qui occupait la 34e place il y a dix ans, est maintenant sur le point d’entrer dans le top 10. C’est le résultat d’efforts incessants . Preuve ce dynamisme, les dépenses en recherches et développement de Pékin ont augmenté ces dernières années ».

Ces dernières années, la Chine a redoublé d’efforts pour se transformer en une puissance en matière de propriété intellectuelle. D’ailleurs, de 2012 à 2021, l’investissement social dans la R&D est passé de 1,03 trillion de yuans RMB à 2,79 trillions de yuans RMB, et son intensité est passée de 1,91% à 2,44%.

« L’équivalent temps plein du personnel de recherche et de développement expérimental de la Chine dans l’ensemble de la société a dépassé les 5 millions d’années-personnes, ce qui la place au premier rang mondial pendant plusieurs années consécutives », a expliqué Mao Ning.

L’innovation scientifique et technologique est un puissant moteur du développement et du progrès de la société humaine. Aucun pays ne peut être un centre d’innovation indépendant ou profiter seul des résultats de l’innovation. « La Chine est non seulement un participant important à l’innovation de pointe au niveau mondial, mais aussi un contributeur important aux efforts conjoints pour résoudre les problèmes mondiaux », a expliqué la porte-parole.

Cette dernière a indiqué qu’en mai 2022, des accords tels que l’Arrangement de La Haye concernant l’enregistrement international des dessins et modèles industriels sont entrés en vigueur en Chine, marquant l’adhésion de la Chine à la quasi-totalité des grandes conventions internationales en matière de propriété intellectuelle.

De plus, la municipalité de Shanghai a introduit les services d’arbitrage et de médiation de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, renforçant ainsi les échanges et la coopération en matière de règlement des litiges transfrontaliers liés à la propriété intellectuelle.

À l’avenir, la Chine continuera à renforcer la coopération en matière d’innovation scientifique et technologique avec d’autres pays de manière plus ouverte, à participer activement à la gouvernance mondiale de la propriété intellectuelle et à contribuer davantage au développement équilibré, inclusif et durable des droits mondiaux de propriété intellectuelle, a souligné la porte-parole de la diplomatie chinoise.

Face à cette percée progressive de la Chine et d’autres pays du Sud, l’OMPI s’attend à une nouvelle donne dans les cinq à dix prochaines années. « La composition des vingt pays les plus innovants devrait être plus diversifiée », a affirmé lors d’un point presse le Directeur général de l’OMPI, relevant que la situation devrait refléter les changements dans les demandes de brevet.