Stephen S. Roach, ancien président de Morgan Stanley Asia, est membre du corps professoral de l’Université de Yale et auteur de Accidental Conflict: America, China, and the Clash of False Narratives (Yale University Press, novembre 2022).

Stephen S. Roach en dit plus…

Project Syndicate : Vous avez fortement critiqué la Réserve fédérale américaine pour sa réponse tardive à l’inflation américaine, comparant son inaction à votre propre expérience à la Fed des années 1970, sous la direction d’Arthur Burns. Alors que l’inflation reste obstinément élevée et que la Fed augmente ses taux par incréments considérables, les États-Unis peuvent-ils éviter une répétition de la stagflation prolongée qui a marqué cette décennie ?

Stephen S. Roach : Je considère la stagflation comme une période prolongée de forte inflation, de croissance économique inférieure au potentiel et de chômage en hausse. Dans la stagflation de la fin des années 1970, la Fed était, en effet, un acteur clé. Convaincu que les perturbations idiosyncratiques du côté de l’offre comme les chocs énergétiques et alimentaires ne devraient pas être traitées par la politique monétaire, Burns a commis une erreur en faveur d’un accommodement excessif, permettant au taux réel des fonds fédéraux de tomber profondément en territoire négatif de la fin de 1974 au début de 1978, fixant le scène de la Grande Inflation à venir.

L’actuel président de la Fed, Jerome Powell, semble déterminé à éviter cette erreur. Mais en réagissant aux chocs liés à la pandémie et à la guerre, la Fed Powell a d’abord succombé à l’état d’esprit de l’ère Burns et a considéré une inflation nettement plus élevée comme transitoire. En fait, de novembre 2019 à octobre 2022, la Fed a maintenu le taux réel des fonds fédéraux à -3,7 %, soit deux points de pourcentage en dessous de la moyenne de -1,7 % de la Fed de Burns en 1974-78.

Aujourd’hui, le taux réel des fonds fédéraux se situe autour de -5 % (sur la base de la moyenne sur trois mois de l’indice global des prix à la consommation – ma mesure préférée). Un accommodement monétaire excessif est un sable mouvant; une sortie sans douleur est extrêmement difficile à réaliser. Et la Fed de Powell y reste embourbée. Nous devons donc prendre au sérieux son avertissement selon lequel la douleur – c’est-à-dire une récession – est inévitable, alors que la Fed tente de maîtriser l’inflation.

PS : La Chine est également confrontée à des vents contraires économiques, dont vous avez pour la plupart liés à l’approche politique du président Xi Jinping, notamment une répression réglementaire et un nouvel accent sur la redistribution . Lors du récent Congrès national du Parti communiste chinois, Xi a été confirmé pour un troisième mandat sans précédent, a prononcé des discours idéologiques axés sur les problèmes de sécurité et a vanté sa politique zéro COVID. Qu’est-ce que cela augure pour la croissance économique chinoise ?

SR : Dans la macroéconomie conventionnelle, le potentiel de croissance à long terme d’une économie est déterminé par la somme de la croissance de la main-d’œuvre et de la productivité. Si l’un de ces facteurs ralentit, l’autre doit accélérer. Sinon, la croissance à long terme en souffre.

La Chine est en grande difficulté sur les deux fronts. Une politique non durable de planification familiale d’un enfant – qui a ensuite été remplacée par une politique de deux et maintenant de trois enfants – signifie que la population en âge de travailler est en déclin, et le discours de Xi au 20e Congrès du Parti a suggéré que des vents contraires déjà forts sur la productivité sont probables s’intensifier.

Les problèmes de productivité de la Chine ne découlent pas seulement de sa politique zéro COVID insoutenable et du désendettement continu du secteur immobilier. Ils reflètent également une confluence de pressions plus fondamentales, résultant du passage à une économie moins axée sur le marché et davantage dirigée par l’État. La Chine abrite désormais moins d’innovations indigènes que ce qui serait souhaitable, avec davantage de contraintes réglementaires pesant sur les « esprits animaux » qui animent généralement l’esprit d’entreprise et sous-tendent des sociétés de consommation dynamiques.

De plus, la politique étrangère plus musclée de Xi, avec sa fixation sur la sécurité nationale, contraste fortement avec l’approche du « cache-cache » qui a permis le dynamisme réformiste de l’ère Deng Xiaoping. En bref, le sacrifice de croissance de la Chine ces dernières années devrait persister.

PS : Comme vous le notez dans votre nouveau livre Accidental Conflict : America, China, and the Clash of False Narratives , la Chine cherche à égaler les États-Unis en termes de « poids géostratégique ». Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la Chine a eu l’ occasion de faire des progrès sur ce front en tirant parti de son partenariat avec la Russie pour aider à rétablir la paix et la stabilité. Vous suggérez que Xi devrait abandonner son « partenariat illimité » avec la Russie. Mais cela ne s’est-il pas déjà produit de facto, Xi émettant des critiques pas si voilées de la guerre et refusant de fournir à la Russie des armes et de la technologie ? Que gagnerait-il à une rupture plus formelle avec Poutine ?

SR : Xi Jinping parle des deux côtés de sa bouche. Toute critique des actions inadmissibles de la Russie a été au mieux indirecte, et bien que la Chine n’ait pas fourni d’assistance militaire directe, elle a aidé à financer la campagne brutale de Poutine grâce à ses achats de produits énergétiques russes.

Si Xi Jinping annulait son nouveau partenariat avec la Russie, il risquerait évidemment une réponse venimeuse du président russe Vladimir Poutine. Mais il gagnerait un poids considérable en tant qu’homme d’État mondial à un moment perfide de l’histoire mondiale. Non seulement cela ferait avancer les aspirations de grande puissance de la Chine ; cela serait conforme aux « cinq principes de coexistence pacifique » de longue date de la Chine.

En tant que plus grand bénéficiaire de la mondialisation, la Chine est celle qui a le plus à perdre de la démondialisation – une tendance que son partenariat avec la Russie ne fait qu’intensifier. Si la Chine s’accroche à son alliance avec un État paria, elle risque d’être jugée coupable par association et de se retrouver encore plus profondément isolée du reste du monde. Xi est le seul dirigeant mondial qui pourrait mettre un terme à la folie de Poutine – et il gagnerait probablement un prix Nobel de la paix dans le processus !

D’ailleurs…

PS : « Alors que la Chine obtient un score élevé en comparaison absolue avec les États-Unis, à la fois en termes de PIB nominal et de poids militaire« , écrivez-vous dans Accidental Conflict , « elle obtient un score bien pire par habitant« . Les récentes déclarations de Xi Jinping – notamment la réitération de son engagement en faveur de la « réunification » de Taiwan avec la Chine – sont-elles une preuve supplémentaire de ce que vous appelez un « dépassement prématuré » ? Quels risques un dépassement prématuré implique-t-il pour la Chine et le PCC ?

SR : L’historien de Yale, Paul Kennedy, a souligné de manière célèbre qu’un dépassement prématuré – projeter une puissance militaire avant d’établir une base économique solide – était une recette pour le déclin des grandes puissances. Ce n’est pas seulement l’approche de Xi à Taiwan qui est inquiétante à cet égard. La militarisation de la mer de Chine méridionale par la Chine et l’expansion rapide de son armée – qui comprend désormais la plus grande force navale du monde – sonnent également l’alarme. J’ajouterais également à la liste l’initiative chinoise « la Ceinture et la Route », d’une valeur de 30 000 milliards de dollars.

Le côté économique de l’équation renforce les arguments en faveur de la portée excessive. La Chine n’a pas encore réussi à se rééquilibrer d’une économie axée sur les exportations à une économie axée sur la consommation. Plus la Chine retarde le changement structurel difficile qui est nécessaire, plus les risques pour son équilibre politique et économique sont grands – et pour le PCC qui le dirige.

PS : Vous concluez votre livre en examinant comment les États-Unis et la Chine peuvent « surmonter la gravité d’un conflit accidentel », en proposant une « approche-cadre axée sur le diagnostic pour la résolution des conflits ». Pouvez-vous expliquer brièvement la logique et les piliers conceptuels de cette approche ?

SR: Accidental Conflict se termine par une stratégie à trois volets pour la résolution des conflits sino-américains – une stratégie qui rompt avec l’approche dysfonctionnelle du passé. Le premier volet est une reconstruction de la confiance, les deux pays travaillant ensemble pour résoudre des problèmes d’intérêt mutuel indiscutable : le changement climatique, la santé mondiale et la cybersécurité.

Le deuxième volet est un changement fondamental dans la relation économique. L’approche actuelle à somme nulle a alimenté les tensions commerciales bilatérales et a abouti à l’échec de l’accord commercial de « phase un » de janvier 2020. Les deux parties devraient plutôt adopter un traité bilatéral d’investissement à somme positive et propice à la croissance, qui fournit un mécanisme pour faire face aux problèmes structurels. l’arbitrage dans des domaines tels que le transfert de technologie, la politique d’innovation et les subventions aux entreprises parrainées par l’État.

Le troisième volet consiste à établir une nouvelle architecture robuste d’engagement qui comprend un secrétariat permanent américano-chinois chargé de superviser et de gérer tous les aspects de la relation, de l’économie et du commerce aux droits de l’homme et aux tensions militaires/cyber. Un tel secrétariat – composé d’un nombre égal de professionnels de chaque pays – refléterait mieux l’importance de gérer les relations entre les deux pays les plus puissants du monde que des dialogues stratégiques et économiques périodiques ou des discussions de haut niveau entre dirigeants.

PS : Vous dédiez votre livre à vos élèves. Y a-t-il une idée particulière à laquelle vos élèves – ou le processus d’enseignement – ​​vous ont amené ?

SR : J’ai énormément bénéficié de l’engagement en classe. En 13 ans d’enseignement à Yale, quelque 1 400 étudiants ont suivi mon cours sur la « Next China ». Dès le départ, j’ai insisté sur le fait que la matière du cours était une cible mouvante. Mais même moi, je n’aurais pas pu prédire à quelle vitesse ce mouvement se produirait.

Les étudiants ont rédigé d’excellents articles alignés sur mon accent initial sur l’analyse du rééquilibrage chinois dirigé par les consommateurs. Mais lorsque les tensions sino-américaines ont commencé à s’intensifier en 2016, leurs documents de recherche – et mes propres intérêts – ont commencé à se déplacer vers les sources et les voies de conflit entre les deux pays. La salle de classe est devenue un laboratoire pour mes propres recherches et écrits, les commentaires des étudiants servant de caisse de résonance inestimable pour tester notre évaluation collective de la prochaine Chine en constante évolution et de ses relations conflictuelles avec les États-Unis.

Lire aussi

« Économie narrative : comment les histoires deviennent virales et génèrent des événements économiques majeurs », de Robert J. Shiller

Avec son penchant de longue date pour la «mathicité» de la modélisation, la profession économique perd souvent de vue les aspects culturels et comportementaux des grands enjeux économiques. Shiller, qui a remporté le prix Nobel pour ses contributions à l’économie comportementale, souligne l’importance des récits pour façonner le débat public, catalyser l’action et finalement décider des résultats. Le livre souligne comment ce phénomène a affecté les perceptions et les réponses aux crises financières, aux cycles immobiliers, à l’automatisation et aux bulles boursières. Je trouve que la logique s’applique également à la rivalité américano-chinoise, la diffusion de faux récits augmentant le risque d’un conflit accidentel.

« L’ère du capitalisme de surveillance : la lutte pour un avenir humain à la nouvelle frontière du pouvoir« , par Shoshana Zuboff

Avec toute l’attention portée à la surveillance chinoise – le livre de 2022 Surveillance State: Inside China’s Quest to Launch a New Era of Social Control de Josh Chin et Liza Lin était en deuxième place pour cette liste – il est facile de perdre de vue le genre de l’espionnage qui imprègne les démocraties ouvertes. Le tour de force de Zuboff nous met au défi d’y faire face. Les modèles commerciaux d’entreprises puissantes comme Alphabet (Google), Meta (Facebook) et Amazon extraient et monétisent d’énormes quantités de données, qui sont ensuite utilisées pour modifier le comportement et les habitudes d’achat de clients sans méfiance (c’est-à-dire les consommateurs). Qui sommes-nous pour critiquer la surveillance des autocraties alors que nous permettons des pratiques comparables dans nos propres pays ? Certes, il existe une distinction importante : dans des pays comme la Chine, la surveillance est utilisée pour renforcer le contrôle politique d’un gouvernement autoritaire. Mais on ne peut nier l’impact considérable de la distorsion de l’information par les puissantes plateformes de médias sociaux en Occident, notamment sur la polarisation politique. Zuboff nous oblige à nous demander s’il s’agit d’une fausse équivalence.

« Leadership : six études en stratégie mondiale », par Henry Kissinger

Nous vivons dans un monde troublé qui fait face à un important déficit de leadership. Nous manquons de leaders qui font preuve de clarté, d’instinct et souvent de courage pour évaluer les circonstances difficiles. Dans le dix-neuvième livre de Kissinger, l’homme d’État de 99 ans envisage le défi du leadership à travers le prisme de six chefs d’État qu’il connaissait le mieux : Konrad Adenauer, Charles de Gaulle, Richard Nixon, Anwar Sadat, Lee Kuan Yew et Margaret Thatcher. Alors qu’ils étaient tous très différents, Kissinger souligne qu’ils partageaient quelques caractéristiques clés : la franchise, la vision, la capacité d’agir avec audace, une compréhension de l’importance de la solitude et, étonnamment, la division. Le passage de l’aristocratie à la méritocratie dans la gouvernance a permis à ces six dirigeants, avec leurs compétences considérables, de contribuer à façonner l’histoire de l’après-Seconde Guerre mondiale. Kissinger conclut son livre par des questions provocatrices sur une « méritocratie défaillante », qui est érodée par les nouvelles technologies telles que les réseaux sociaux et l’intelligence artificielle. Cette tendance rend particulièrement difficile la recherche de candidats pour combler le vide inquiétant du leadership.

Stephen_S_Roach

Stephen S. Roach, ancien président de Morgan Stanley Asia, est membre du corps professoral de l’Université de Yale et auteur de Accidental Conflict: America, China, and the Clash of False Narratives (Yale University Press, novembre 2022).

Droits d’auteur : Project Syndicate, 2022.
www.project-syndicate.org