En visite en Chine, le ministre américain de la défense, Jim Mattis, a rencontré le président Xi Jinping, qui lui a assuré que la Chine n’est pas « expansionniste » mais ne sacrifiera « pas un pouce » de son territoire, y comprit en mers de Chine.

Le président chinois a fait référence aux récentes positions amricaines concernant le conflit territorial en mers de Chine : « nous ne pouvons pas faire abstraction de nos différends. Au sujet de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Chine, notre attitude est ferme et claire: nous n’abandonnerons pas un pouce du territoire qu’ont laissé nos ancêtres », a affirmé Xi Jinping à Jim Mattis.

Washington a dénoncé l’installation par la Chine d’armements incluant des batteries de missiles et des systèmes de brouillage électronique sur des îlots de mer de Chine méridionale.

Pas d’exercices militaires internationaux pour la Chine

« Nous ne suivrons jamais la voie de l’expansionnisme ou du colonialisme, nous n’apporterons pas le chaos au monde (…) Nous ne voulons absolument rien de ce qui appartient aux autres », a indiqué Xi Jinping le 27 juin devant le chef du Pentagone.

La visite de Jim Mattis visait à trouver des aires de coopération bilatérale en dépit de différends profonds. En effet, ce dernier avait fustigé à plusieurs reprises les tactiques d’« intimidation et de contrainte » de Beijing en mer de Chine méridionale. Lors de la conférence de presse au côté de Xi Jinping, il n’a pas abordé le sujet dans ses déclarations publiques.

« Je suis ici pour maintenir notre relation dans la bonne direction, et pour partager des idées avec votre état-major, examiner les directions à venir », a expliqué le ministre américain

Une déclaration soutenue par Xi Jinping, qui a souhaité « renforcer les échanges et les mécanismes (de communication) à tous les niveaux entre nos armées contribuera à dissiper les préjugés, à prévenir les malentendus, erreurs de calculs et accidents (…) Nous espérons que la bonne dynamique des relations inter-armées se poursuivra ».

D’autant que Jim Mattis avait rencontré le ministre chinois de la Défense Wei Fenghe, qui avait salué une visite « cruciale pour accroître la confiance stratégique bilatérale ».