samedi, juin 22

La 5G et la concurrence pour gagner le 21e siècle

De notre partenaire Yicai Global, par Mark Kruger est rédacteur d’opinion de Yicai Global et chercheur principal au Yicai Research Institute – Imaginez deux pays qui sont en compétition pour «gagner le 21ème siècle».

Les routes du premier pays ne sont pas goudronnées et les voitures ne peuvent pas rouler à plus de 20 kilomètres à l’heure. En revanche, le deuxième pays dispose d’un réseau d’autoroutes ultramodernes qui permettent des vitesses sûres allant jusqu’à 200 kilomètres à l’heure. Sur quel pays parieriez-vous pour remporter cette compétition ?

En fait, les routes dans les principaux pays du monde sont assez similaires. Mais des différences significatives commencent à émerger dans leurs autoroutes de l’information, en particulier la rapidité avec laquelle ils adoptent la norme de cinquième génération pour les réseaux cellulaires à large bande (5G).

Fin 2020, la Chine avait installé près de 700 000 stations de base 5G. En juin dernier, ce nombre était passé à un peu moins d’un million, et 1,4 million devraient être installés d’ici la fin de l’année. En juillet, 10 organismes gouvernementaux clés ont dévoilé un plan d’action triennal pour le développement de la 5G en Chine.

Dans le cadre de ce plan, la Chine vise à installer 18 stations de base 5G pour 10 000 personnes – environ 2,5 millions au total – d’ici la fin de 2023. Bien qu’il soit difficile d’obtenir des informations définitives, les États-Unis n’avaient installé qu’environ 50 000 5G. stations de base d’ici la fin de l’année dernière.

POURQUOI LA 5G EST-ELLE SI SPÉCIALE ?

Selon l’Union internationale des télécommunications (UIT) – l’organisme spécialisé des Nations Unies pour les technologies de l’information et de la communication – un réseau 5G offrira aux utilisateurs mobiles des données à un débit de 100 mégabits par seconde, soit dix fois plus rapidement que via les réseaux 4G.

Lire aussi : Le réseau 5G concernera 430 millions de Chinois d’ici 2025

L’UIT affirme que les réseaux 5G pourront prendre en charge 1 million d’appareils par kilomètre carré, contre 100 000 appareils 4G. Enfin, l’UIT estime qu’il ne faudra qu’une milliseconde pour que les données passent de votre appareil au serveur principal et vice-versa. C’est en baisse de 10 millisecondes pour un réseau 4G.

Un réseau 4G facilite essentiellement l’échange d’informations entre les personnes. Poussant plus loin la communication mobile, les capacités supérieures de la 5G permettront l’échange rapide et précis de grandes quantités de données entre les machines. Par exemple, votre voiture autonome vous emmènera en ville en toute sécurité car elle pourra parler aux autres voitures, aux feux de circulation et aux satellites.

Compte tenu du potentiel de la 5G pour créer des usines intelligentes, des villes intelligentes et une médecine intelligente, pourquoi d’autres pays ne déploient-ils pas la technologie aussi rapidement que la Chine ?

IL SEMBLE Y AVOIR DEUX OBSTACLES PRINCIPAUX

Premièrement, il y a un problème fondamental de compatibilité des incitations. Un réseau mobile de premier ordre est un élément clé de l’infrastructure qui, à l’instar d’un système autoroutier, offre des rendements importants à l’ensemble de l’économie. Mais seule une petite partie de ces retours revient aux entreprises de télécommunications qui créent le réseau.

De plus, ces entreprises doivent faire d’énormes investissements initiaux face à des revenus incertains et il n’est pas certain qu’elles puissent réaliser des bénéfices raisonnables. Il y a donc une déconnexion entre les rendements sociaux et privés du réseau.

Deuxièmement, la 5G souffre d’une sorte de problème de poule et d’œuf. Le système 5G n’étant pas encore totalement en place, peu d’applications spécifiques à la 5G ont été développées. Et comme il n’y a pas beaucoup d’applications, il y a peu de demande pour le réseau. La faible demande pour le réseau signifie qu’il y a des limites à ce que les télécoms peuvent facturer pour le service, retardant ainsi le développement de la 5G.

Une grande partie des coûts supportés par les télécommunications provient de l’achat des droits d’utilisation de certaines fréquences radio (spectre). Eric Schmidt, ancien directeur général et président de Google, craint que ces dépenses ne retardent le développement du réseau.

Dans un Financial Times Op-Ed, Eric Schmidt a estimé qu’il en coûterait 70 milliards de dollars (63 mds €) pour construire un million de stations nécessaires pour donner aux États-Unis un système fonctionnel 5G.

Lire aussi : La 5G conduira le marché des services mobiles en Chine jusqu’en 2026

Cependant, les télécommunications américaines dépensent plus que cela pour les seules enchères de spectre. Celles-ci, suggère Eric Schmidt, sont plus axées sur l’augmentation des recettes publiques que sur la création d’infrastructures. Il propose que le Congrès utilise le produit des enchères de spectre pour financer le réseau 5G.

Une autre complication provient de l’absence aux États-Unis d’un fournisseur d’équipement de télécommunication local. Les cinq principaux acteurs mondiaux – Huawei, ZTE, Samsung, Nokia et Eriksson – sont chinois, coréens, finlandais et suédois. Les télécommunications américaines sont confrontées à davantage d’obstacles réglementaires lorsqu’elles achètent leur équipement à l’étranger.

La Chine a résolu le problème de l’incompatibilité des incitations en faisant du développement et de la commercialisation de la 5G une priorité nationale. Pour capter les rendements sociaux potentiellement élevés de la 5G, elle a catalysé ses télécoms, ses fournisseurs d’équipements et ses entreprises industrielles.

Des projets pilotes étaient déjà envisagés lors du 13ème plan quinquennal (2016-2020). Des orientations politiques plus spécifiques ont été fournies en 2019 pour que les gouvernements locaux développent un «Internet industriel» basé sur la 5G.

Être à la pointe d’une nouvelle technologie signifie entreprendre une stratégie à haut risque et à haut rendement. Mais c’est un pari que le gouvernement chinois est prêt à prendre. Liu Liehong, vice-ministre au ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information, a estimé que la Chine devra dépenser 1 200 milliards de CNY (168,3 milliards d’euros) d’ici 2025 pour construire son réseau 5G. S’il réussit, Liu Liehong pense que l’investissement pourrait se traduire par une valeur économique ajoutée de 2 900 milliards de CNY (377 mds €).

Dans un effort pour contourner le problème de la poule et des œufs, le plan d’action de juillet propose un modèle d’«offre axée sur la demande, demande créée par l’offre». Le gouvernement procédera simultanément sur deux axes : (i) encourager le développement du système à travers des objectifs de stations de base et de pénétration des utilisateurs et (ii) promouvoir les applications 5G dans divers secteurs commerciaux. Le plan d’action espère s’appuyer sur les premiers succès de l’utilisation de la 5G dans l’exploitation minière, l’agriculture, les ports et les usines.

Imaginez maintenant deux pays qui coopèrent pour survivre au 21 e siècle. Un pays devient le premier à exploiter une nouvelle technologie. Pensez-vous qu’il y aurait des leçons importantes et des retombées positives pour le deuxième pays ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *