La Chine a déclaré le 13 mai qu’un navire de guerre américain avait pénétré illégalement dans ses eaux territoriales en Mer de Chine méridionale.

Il s’agit de la dernière manœuvre dans le différend entre la Chine et les Etats-Unis concernant les revendications territoriales de Beijing dans cette voie navigable très fréquentée.

Dans un communiqué, le commandement d’une division de l’Armée populaire de libération de Chine a déclaré que l’USS Curtis Wilbur était entré sans autorisation dans les eaux proches des îles Paracels.

Des navires et avions de l’armée chinoise ont suivi le navire américain. Le commandant chinois a ajouté que la Chine s’opposait à l’action des États-Unis, qui violait sa souveraineté et portait atteinte à la paix et à la stabilité régionale.

Navire américain en fond, en compagne d’un navire japonais, lors d’un exercice conjoint

Le passage de navire américain coïncide avec l’exercice militaire conjoint à Lyushu au Japon, où les Etats-Unis, le Japon, et la France, rejoint par l’Australie, mènent un exercice militaire conjoint en Mer de Chine orientale, dont l’objectif, selon des reportages, est de faire pression sur la Chine.

Pour la porte-parole du ministère des affaires étrangères de la République populaire de Chine, Hua Chunying, «ces quatre pays effectuent des exercices militaires conjoints en divulguant l’information selon laquelle ‘leur objectif est de faire pression sur la Chine’. Pensent-ils vraiment que cela pourrait intimider la Chine?»

Cette dernière a indiqué que la Chine s’oppose «à ce que ces quelques pays créent toujours des histoires au sujet de la Chine. J’ai cité il y a quelques jours un article rédigé par Chas W Freeman Jr, ancien Secrétaire adjoint à la Défense des États-Unis ».

D’ailleurs, ce dernier a d’ailleurs déclaré que «des avions de guerre et des navires des États-Unis patrouillent toujours agressivement aux frontières de la Chine, mais aucun avion de guerre ou navire chinois ne patrouille au large des côtes des États-Unis. La Chine est encerclée par des bases militaires des États-Unis, alors qu’il n’y a pas de bases militaires chinoises près des États-Unis».

«Qui exactement mène des actions de plus en plus agressives dans la région?», a demandé Hua Chunying, qui a indiqué que «parmi ces quatre pays, figurent ceux qui ont une histoire d’invasion. Au lieu de réfléchir sur eux-mêmes et d’employer leur propre force pour contribuer à la paix et au développement du monde et de la région, ils font toujours du tapage autour de la Chine afin de se justifier pour renforcer leurs opérations militaires. Quelle est leur véritable intention?»

Cette dernière a indiqué que «que ces pays s’engagent dans de soi-disant exercices militaires conjoints ou des manœuvres, cela n’a aucun impact sur la Chine, et ne fait que leur coûter davantage de carburant. Nous espérons qu’ils consacreront davantage de temps, d’énergie et de ressources à se préoccuper des droits et des intérêts de leur propre population et contribueront davantage à la lutte actuelle contre l’épidémie dans leur pays ainsi qu’à la coopération internationale antiépidémique».