Le gouvernement chinois a exhorté le 12 mai la France à «annuler» un contrat d’armement avec Taïwan, soulignant qu’une telle transaction vers cette île revendiquée par Beijing et dirigée par un gouvernement rival pourrait «nuire aux relations sino-françaises».

Beijing «a exprimé sa vive inquiétude» à Paris, a indiqué le ministère chinois des Affaires étrangères à l’Agence Frrance Presse. «Nous sommes opposés à toute vente d’armes ou échange militaire ou sécuritaire avec la région de Taïwan», a-t-il souligné. «Nous exhortons la France (…) à annuler son projet de vente d’armes à Taïwan, afin d’éviter de nuire aux relations sino-françaises».

Selon la presse taïwanaise, la vente concernerait des équipements de frégates françaises vendues à la marine de Taïpei dans les années 1990, un dossier qui avait provoqué une grave crise diplomatique entre la France et la Chine.

Le 13 mai, la France a balayé les critiques de la Chine, et l’a invitée à se concentrer sur le Covid-19 plutôt que sur une polémique ancienne. «Face à la crise du Covid-19, toute notre attention et tous nos efforts doivent être focalisés sur la lutte contre la pandémie», a déclaré le ministère français des Affaires étrangères.