Selon un rapport du think-tank britannique, Centre for Economics and Business Research (CEBR), la Chine deviendra la première économie mondiale en 2028, détrônant les États-Unis cinq ans plus tôt que prévu.

Dans son classement annuel des perspectives de croissance de 193 pays, le Center for Economics and Business Research (CEBR) indique que la Chine a réussi à rebondir rapidement après la crise du Covid-19, avec une croissance prévue de 2% en 2020.

La Chine devrait connaître une croissance économique moyenne de 5,7% par an de 2021 à 2025, avant de ralentir à 4,5% par an de 2026 à 2030. A contrario, les États-Unis devraient, après un bref rebond post-Covid de 5%, plafonner à 1,9% par an entre 2022 et 2024, pour redescendre par la suite à 1,6%. La Chine pourra réduire l’écart plus rapidement que prévu.

Selon Douglas McWilliams, le vice-président du CEBR, «la grande nouvelle dans cette prévision est la vitesse de croissance de l’économie chinoise. […] Nous nous attendons à ce qu’elle dépasse les États-Unis cinq ans plus tôt que prévu il y a un an».

Ce dernier a indiqué que «d’autres économies asiatiques sont également en train de se hisser au sommet du classement. L’une des leçons que doivent tirer les décideurs politiques occidentaux, qui ont obtenu des résultats relativement médiocres pendant la pandémie, est qu’ils doivent accorder beaucoup plus d’attention à ce qui se passe en Asie plutôt que de se contenter de se regarder les uns les autres».

Au total, le FMI estime que la crise du Covid-19 marquera l’année 2020 par une baisse du produit intérieur brut (PIB) mondial de 4,4%, soit la plus forte baisse enregistrée en un an depuis la Seconde Guerre mondiale.

La part de la Chine dans le PIB mondial ne représentait que 3,6% en l’an 2000, elle est passée à 17,8% en 2019. D’ici 2023, la Chine devrait atteindre la catégorie des pays à revenus élevés, en dépassant le seuil des 12.536 dollars (11 283€) de revenu par habitant selon la Banque mondiale.