La Chine est devenue pour la première fois le premier partenaire commercial de l’Union européenne en 2020, dépassant les Etats-Unis, grâce à la reprise rapide de son économie moins affectée par la pandémie de Covid-19 que celle de ses partenaires occidentaux.

Le commerce de l’UE avec la Chine a totalisé 586 milliards de dollars (527,4 mds €), comprenant exportations et importations, soit 31 milliards (27,9 mds €) de plus que le commerce de l’UE avec les Etats-Unis, en 2020.

Alors que le commerce de l’UE avec les Etats-Unis étaient de 555 milliards de dollars (499,5 mds €), selon des chiffres publiés par l’institut européen des statistiques.

« Au cours de l’année 2020, la Chine était le principal partenaire de l’UE », a constaté Eurostat, dans un communiqué. L’Union européenne était déjà le premier partenaire commercial de la Chine depuis 2004, doublant le Japon. C’est la première fois que l’inverse est aussi vrai, c’est-à-dire que la Chine détrône les Etats-Unis vis-à-vis de l’Europe.

Selon Eurostat, ce résultat est dû à une hausse des importations européennes en provenance de Chine (+5,6% en 2020 rapport à 2019) ainsi que des exportations européennes vers la Chine (+2,2%).

Alors que le commerce avec les États-Unis a enregistré une baisse significative tant pour les importations (-13,2%) que les exportations (-8,2%).

Après avoir souffert de l’épidémie de Covid-19 durant le premier trimestre, l’économie chinoise est repartie à la hausse, et la consommation chinoise a dépassé en fin d’année 2020 son niveau d’il y a un an.

Ce contexte a tiré les ventes européennes, notamment dans l’automobile et les produits de luxe. Les exportations de la Chine vers l’Europe ont bénéficié d’une demande forte pour les équipements médicaux et les produits électroniques.

Lire aussi : La Chine devient le 1er marché pour les cosmétiques français

L’UE a vu son déficit commercial s’aggraver avec la Chine, passant de -164,7 milliards d’euros, en 2019, à -181 milliards en 2020. Dans le même temps, l’excédent avec les Etats-Unis est resté stable à environ 151 milliards d’euros.