Le C919, premier moyen-courrier fabriqué en Chine, a obtenu sa certification auprès des régulateurs chinois, selon les médias locaux, avec un début des opérations prévu pour début 2023.

Le biréacteur, construit par l’avionneur d’État Comac (Commercial Aircraft Corporation of China), a reçu le feu vert lors d’une cérémonie officielle à l’aéroport de Pékin le 29 septembre, selon les médias chinois.

Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a salué le 30 septembre les réalisations en matière de développement du grand avion de passagers C919. Il a appelé à davantage de percées majeures dans la fabrication d’équipements haut de gamme en Chine, lors d’une rencontre avec les représentants de l’équipe du projet C919, au cours de la visite d’une exposition sur les réalisations du projet au Grand Palais au Peuple.

Destiné à concurrencer les modèles A320 et B737, le C919 symbolise les efforts de la Chine pour développer son propre avion commercial sans dépendre de la technologie étrangère.  Toutefois, la plupart de ses pièces viennent d’équipementiers européens et américains.

Le marché aérien chinois est le deuxième plus important au monde et les compagnies aaériennes nationales soutiennent ce modèle produit localement, même s’il n’a pas encore reçu le feu vert des régulateurs américains et européens. Il a besoin de ces autorisations pour passer à la production de masse.

China Eastern Airlines, deuxième plus grande compagnie du pays par le nombre de passagers, a confirmé en mai qu’elle inclurait quatre C919 dans sa flotte. Selon les médias chinois, la livraison interviendrait à la fin de l’année, pour une mise en service au premier trimestre 2023.

La société Comac assure avoir reçu 815 commandes de C919 de 28 compagnies. Avant le C919, le Comac ARJ21 un avion régional pouvant transporter jusqu’à 90 passagers, avait été lancé commercialement en 2008 après une longue période de développement.

Plusieurs compagnies chinoises ont commandé plus de 300 Airbus depuis le début de l’année, selon le fabricant, tandis que le Boeing 737 MAX est interdit de vol en Chine depuis 2019 après deux accidents mortels.