L’opinion publique aux États-Unis et dans d’autres économies avancées vis-à-vis de la Chine est devenue « précipitamment plus négative » sous le président Xi Jinping, selon une enquête mondiale du Pew Research Center.

Xi Jinping, 69 ans, devrait obtenir un troisième mandat de cinq ans, sans précédent, lors du Congrès national du Parti communiste qui débute à Pékin le 16 octobre. Il obtient ainsi le statut de dirigeant le plus puissant de Chine depuis Mao Zedong.

L’essor économique de la Chine et ses investissements sont perçus comme un élément positif pour certains pays d’Amérique latine, du Moyen-Orient et d’Afrique.

Tandis que la concurrence économique avec la Chine est considérée comme un « problème sérieux » dans les économies occidentales, telles que le Japon, la Corée du Sud, les Etats-Unis et l’Australie, selon Pew.

L’enquête de Pew Research Center a révélé que les opinions défavorables à l’égard de la Chine dans les économies développées se situaient dans une fourchette relativement étroite entre 2002 et 2017. Elles se dégradent par la suite dans un contexte de préoccupations incluant les droits de l’homme et la puissance militaire, avec certains des changements les plus marqués entre 2019 et 2020, a déclaré Pew, think-tank basé à Washington.

Le changement d’opinion a été déclenché en partie par les perceptions de la gestion par la Chine du Covid-19, qui a émergé dans la ville chinoise de Wuhan fin 2019, et dont les gouvernements occidentaux ont imputé la responsabilité.

A ce contexte tendu s’ajoute la guerre commerciale avec les États-Unis qui perdure, la politique étrangère agressive et le renforcement militaire en mer de Chine méridionale.

Aux États-Unis, 82% des personnes interrogées ont exprimé cette année une « opinion défavorable » de la Chine, contre 79% en 2020.

Le pourcentage de ceux qui ont déclaré n’avoir « aucune confiance » en Xi Jinping pour faire « ce qu’il faut concernant les affaires mondiales » était de 87% en Corée du Sud en 2022, contre 29% en 2015. En Grande-Bretagne, ce chiffre est passé à 70% en 2022, contre 44% en 2014.

« Dans toutes les économies avancées, il y a très peu de confiance dans la gestion des affaires mondiales par Xi Jinping et des opinions très négatives sur le pays, dans l’ensemble », a déclaré à l’agence de presse Reuters, Laura Silver, l’un des principaux auteurs du rapport.

« Parmi les conséquences de cette détérioration figure un pivot de pays comme l’Australie, le Canada, le Japon et la Corée du Sud, qui privilégient de plus en plus les liens économiques avec les États-Unis par rapport à la Chine », a-t-elle ajouté.

La plupart des personnes interrogées en Amérique du Nord et en Europe ont déclaré que leurs pays devaient donner la priorité aux droits de l’homme en Chine plutôt qu’aux liens économiques.

Alors qu’une majorité de personne en Israël, en Malaisie, à Singapour et en Corée du Sud a déclaré qu’il était plus important de renforcer les relations économiques avec la Chine.

Selon l’agence de presse, Retuers, le ministère chinois des affaires étrangères a rejeté les conclusions de Pew lorsqu’il a été interrogé à leur sujet lors d’une conférence de presse régulière jeudi.

« Le sondage que vous mentionnez a été réalisé auprès d’un petit nombre de pays développés et n’est pas représentatif de l’opinion du grand nombre de pays en développement qui représentent près de 90 % de la population mondiale », a déclaré aux journalistes le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Wang Wenbin.

Ce dernier a assuré que « le président Xi Jinping est un dirigeant qui est bien soutenu par 1,4 milliard de Chinois et qui jouit d’un grand prestige dans la communauté internationale ».