Principal acteur des technologies de pointe,  la Chine devance le Japon au classement des dépôts de brevets internationaux, indique l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). Cette envolée rapide de la Chine dans le domaine de la propriété intellectuelle s’explique, pour le président américain Donald Trump, par le vol d’idées issues des Etats-Unis.

Cette accusation est difficile à prouver pour le directeur général de l’OMPI, Francis Gurry. Ce dernier a indiqué lors d’une conférence de presse que «la réalité est qu’un nouveau concurrent s’est imposé (…) nous allons voir ce qui se passe maintenant, mais il me semble que la réalité commerciale, économique et géopolitique que nous devons prendre en compte est que la Chine est devenue un concurrent technologique majeur».

Si l’Empire du milieu maintient ce rythme, il aura dépassé d’ici 2021 les Etats-Unis comme première source de brevets internationaux enregistrés dans les systèmes de l’OMPI, indique l’agence onusienne. Les principales demandent d’homologation en 2017 venaient des sociétés chinoises Huawei et ZTE, suivies par l’américain Intel.

Les demandes ont augmenté de 36% en 2017. Pour l’OMPI, la Chine est passée de consommateur de technologies à producteur de technologies, «une stratégie au coeur de la course mondiale à l’innovation», selon Francis Gurry. Les dirigeants chinois travaillent depuis plusieurs années à faire de leur pays un laboratoire mondial concentrant leurs actions dans les secteurs de l’intelligence artificielle et la fabrication de pointe.

« On parle ici d’un écosystème de l’innovation très complexe, englobant le cadre réglementaire, les institutions et les acteurs individuels dans un pays vaste. Je ne pense pas qu’on puisse porter un jugement sur ce sujet (la Chine à la tête des dépôts de brevets, ndlr) sans une analyse extrêmement prudente d’une immense quantité d’éléments et de preuves« , a expliqué Francis Gurry.