Les relations entre le Vietnam et la Chine ont continué à se développer à tous égards ces dernières années, malgré l’impact du Covid-19, et le lobbying des Etats-Unis pour créer une alliance contre l’influence de la Chine dans la région.

Huang Kunming, membre du Bureau Politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et chef du Département de l’Information du Comité central du Comité central du PCC, a eu un échange téléphonique le 30 août avec Nguyen Trong Nghia, secrétaire du Comité central du Parti, chef de la Commission centrale de sensibilisation et d’éducation du Parti communiste du Vietnam (PCV).

Lire aussi : Mer de Chine : les Etats-Unis accusent de nouveau la Chine

Huang Kunming et Nguyen Trong Nghia ont tenu à faire part de leurs volontés d’intensifier la coopération entre la Chine et le Vietnam. Nguyen Trong Nghia a souligné que les relations entre le Vietnam et la Chine avaient continué à se développer à tous égards ces dernières années, malgré l’impact du Covid-19.

Selon le site d’information Vietnam+, Nguyen Trong Nghia a déclaré que la promotion de la coopération entre la Chine et le Vietnam dans le domaine de la propagande, du journalisme, de la publication et de la recherche théorique jouait un rôle extrêmement important.

Selon lui, la Chine et le Vietnam «ont besoin d’enrichir et de diversifier les activités d’échange entre les deux peuples, en particulier la jeune génération et les personnes qui font de la recherche théorique et sont chargés de la sensibilisation, de la presse, de l’édition…»

Nguyen Trong Nghia a affirmé que «le Parti Communiste du Vietnam, l’État et le peuple vietnamiens attachaient toujours l’importance au maintien et au développement de bonnes et durables relations de coopération et d’amitié avec le Parti, l’État et le peuple chinois».

De son côté, Huang Kunming, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a déclaré que la Chine était prête à travailler avec le Vietnam pour mettre en œuvre le consensus atteint par les dirigeants de Chine et du Vietnam, promouvoir une coopération pragmatique dans les domaines de la communication et de la culture et continuellement enrichir le partenariat stratégique global bilatéral.

La Chine et le Vietnam ont convenu, dans les temps à venir, de coopérer dans l’organisation virtuelle de conférences, de séminaires pour partager des expériences sur des questions d’intérêt mutuel ; de maintenir les relations entre les deux organes vietnamien et chinois ; de continuer à mettre en œuvre efficacement l’Accord sur le mécanisme de coopération et d’échange entre ces deux organes.

Lire aussi : Entre «jeu à somme nulle» et esprit de coopération gagnant-gagnant : la rivalité sino-américaine en Asie du Sud-Est

Quelques jours avant cet échange téléphonique, le Premier ministre vietnamien Pham Minh Chinh a reçu le 24 août à Hanoï l’ambassadeur de Chine au Vietnam Xiong Bo, affirmant que le Vietnam attachait de l’importance aux relations de bon voisinage, d’amitié traditionnelle et de coopération stratégique intégrale entre le Vietnam et la Chine, le considérant comme un choix stratégique et une priorité absolue dans sa politique étrangère.

«Le Vietnam persiste la politique étrangère d’indépendance, d’autonomie, de multilatéralisation, de diversification, d’intégration internationale active et est membre responsable de la communauté internationale. Le Vietnam ne s’aligne pas avec un pays contre un autre», a-t-il affirmé.

Le Premier ministre vietnamien a souhaité que les deux parties renforcent la confiance ; favorisent les échanges et contacts ; promeuvent le Comité de pilotage de la coopération bilatérale Vietnam-Chine.

Ce dernier a évoqué le problème du déficit commercial du Vietnam, espérant que la Chine faciliterait le dédouanement des marchandises et augmenterait les importations de marchandises vietnamiennes, et encore promouvrait la coopération conjointe pour la levée des obstacles de certains projets.

Il a souligné que la Chine et le Vietnam devraient faire des efforts pour maintenir la paix et la stabilité et gérer correctement les désaccords en mer dans l’esprit d’une conception commune de haut niveau et d’un accord sur l’Accord sur les principes fondamentaux guidant le règlement des questions maritimes Vietnam-Chine, dans le respect du droit international, y compris la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982.

Il a appelé à une collaboration plus étroite avec l’ASEAN, afin de respecter pleinement et sérieusement la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC), promouvoir la négociation et l’élaboration d’un Code de conduite en Mer Orientale efficace et substantiel (COC).

De son côté, l’ambassadeur de Chine au Vietnam Xiong Bo a affirmé que le PCC et le gouvernement chinois prêtaient une grande importance aux relations avec le Vietnam et étaient disposés à renforcer la confiance politique.  

Le diplomate a souligné que la Chine ne recherchait pas d’excédent commercial avec le Vietnam et était prête à gérer les problèmes d’importation et d’exportation. Ce dernier a assuré que la Chine envisage d’ouvrir le marché pour des produits vietnamiens et à achever bientôt les projets de coopération clés.

Concernant les différents Xiong Bo a affirmé que la Chine souhaitait travailler avec le Vietnam pour bien contrôler les désaccords et gérer correctement les problèmes en mer, conformément à la conception commune de haut niveau.