La Chine imprime sa marque à la présidence tournante du Conseil de sécurité de l’ONU

par | Mai 22, 2021 | Chine - Afrique, Coin des Idées, Selection de la rédaction, Yoro Diallo

Par Prof. Yoro Diallo – Assurant la présidence tournante du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour le mois de mai  2021, la Chine a initiée plusieurs réunions de haut niveau sur divers thèmes portant entre autres sur «le multilatéralisme et le système international centré sur l’ONU», «l’amélioration de la sûreté et de la sécurité des soldats de la paix».

Wang Yi, chef de la diplomatie chinoise

Le 19 Mai 2021, le débat public par visioconférence du Conseil de Sécurité, initié par la Chine et présidé par M. Wang Yi, Conseiller d’État, ministre des Affaires étrangères de la République Populaire de Chine sur le thème «Paix et sécurité en Afrique : éliminer les causes profondes des conflits tout en favorisant le relèvement post-pandémique en Afrique» a vu la participation du Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres, de l’Administrateur du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et du Représentant de l’Union Africaine (UA).

Le Conseiller d’État, ministre des Affaires étrangères Chinois à situer l’évènement dans le contexte de «la grave pandémie jamais connue depuis un siècle et touchant tous les pays du monde». L’objectif de ce débat public était «d’inviter la Communauté Internationale à accorder une plus grande attention aux défis sérieux causés par la COVID-19 pour la paix et le développement en Afrique, de fédérer les esprits, de créer des synergies et de travailler ensemble avec les pays africains pour vaincre la pandémie, afin de donner une nouvelle impulsion à la paix et au développement durable en Afrique».

A cet effet Wang Yi a annoncé la proposition de la partie chinoise en quatre points. Il s’agit :

  • D’aider l’Afrique à combler le fossé sanitaire dans la lutte contre la COVID-19. Wang Yi relève que l’urgence commande  de construire en Afrique un rempart sanitaire contre le virus. A cette fin «la communauté internationale est invitée à accroitre son aide  en matériels sanitaires, médicaments, techniques et financements et à garantir l’accessibilité et l’abordabilité des vaccins en Afrique par divers moyens tels que don, achat à prix préférentiel, transfert de technologies…»
  • D’aider l’Afrique à remédier au déficit de paix. Au regard du fait que la  pandémie peut contribuer à aggraver les conflits et l’instabilité dans certains pays, l’ONU et l’UA sont invité à travailler étroitement pour faire progresser l’initiative «faire taire les armes en Afrique ». Le Ministre a appelé à soutenir « les efforts des pays Africains pour promouvoir les solutions africaines aux problèmes africains et s’opposer fermement aux ingérences injustifiées des forces extérieures dans les affaires des pays africains».
  • D’aider à combler l’écart de développement. Wang Yi note que «les partenaires pour le développement doivent faire preuve de créativité et de pragmatisme pour soutenir l’accélération de l’industrialisation et de la modernisation de l’Afrique et l’aider à renforcer ces capacités d’auto développement  et d’innovation».
  • D’aider l’Afrique à remédier aux injustices dans la gouvernance mondiale. Wang Yi a rappelé qu’ « au lendemain de la création de l’ONU, il n’y a avait que 04 pays africains parmi les 51 membres fondateurs. Soixante-seize (76) ans après, on compte au sein de l’ONU 54 pays africains » représentant le quart des États membres. Il est tout à fait logique qu’en ce «21e siècle, l’ONU ne peut maintenir sa crédibilité politique et morale sans se soucier de la paix et du développement en Afrique et n’arrivera pas à réussir ses projets sans le soutien et l’engagement des pays africains».

Il a défendu le multilatéralisme en ces termes: «l’égalité des droits, des chances, et des règles entre les pays sera un vain mot sans le renforcement  de la représentation et du droit à la parole des pays africains dans les affaires internationales, lequel est nécessaire pour promouvoir le véritable multilatéralisme».

Wang Yi a confirmé une constance de l’engagement de la Chine en faveur de l’Afrique, constance qui s’inscrit en droite ligne de la vision du Président Xi jinping qui disait : «la Chine est un bon frère, bon ami et bon partenaire des pays africains». La Chine a assisté l’Afrique en envoyant des équipes médicales, des matériels médicaux, en construisant des hôpitaux dès le début du mal.

Actuellement la Chine maintient sur le continent «46 équipes médicales chinoises présentes dans différents pays africains qui se sont lancées immédiatement dans le combat local contre le virus». Les  15 groupes d’experts médicaux chinois dépêchés sur le continent et les hôpitaux chinois jumelés en urgence avec 43 hôpitaux africains ont apporté à l’Afrique du savoir-faire, des solutions et des matériels sanitaires. La Chine est le seul pays au monde à apporter concrètement une si importante aide  aux pays Africains dans les moments les plus difficiles.

Dans le domaine du développement de l’Afrique, la Chine a réalisé durant ces dernières  années plus qu’aucun partenaire n’a eu à réaliser sur le continent.  La Chine a construit plus de 10 000 kilomètres d’autoroutes, plus de 6 000 kilomètres de voies ferrées, des centaines d’aéroports, de ports et de centrales électriques, plus de 130 infrastructures médicales, 45 stades et plus de 170 écoles. Plus de 21 000 travailleurs chinois dans le domaine de la santé ont été envoyés en Afrique pour soigner près de 200 millions de patients.

La Chine est déterminée à apporter d’avantages au peuple africain…, les programmes et initiatives majeurs, l’Initiative la Nouvelle Route de la soie ont porté la coopération pragmatique sino-africaine à son plus haut niveau. Dans le cadre du redressement du continent post-COVID-19, la Chine propose «d’augmenter les capacités de l’Afrique en matière de santé publique et de renforcer ses systèmes de prévention et de contrôle dans le cadre de la construction d’une communauté de santé pour tous».

Invitant les pays développés, les organisations internationales ainsi que les partenaires traditionnels à rejoindre cette initiative, Wang Yi appelle à «apporter un soutien financier actif à l’Afrique pour les opérations de maintien de la paix, appuyer les opérations de paix de l’Union Africaine et accompagner le continent dans le renforcement de ses capacités de lutte contre le terrorisme».

Dans la perspective du futur, Wang Yi invite « la Communauté Internationale à assumer sa responsabilité dans le développement de l’Afrique » . A cet égard il exprimera la disponibilité totale de la Chine: « La Chine et l’Afrique sont prêtes à lancer ensemble l’initiative sur le partenariat pour le développement de l’Afrique, appelant la communauté internationale a accroitre le soutien à l’Afrique en matière de riposte sanitaire de reconstruction post-COVID-19, de commerce et d’investissement, de suspension et d’allègement de la dette, de sécurité alimentaire, de réduction de la pauvreté, de lutte contre le changement climatique,  et d’industrialisation, à canaliser les ressources vers là où la demande africaine  est la plus urgente pour aider l’Afrique à surmonter les difficultés et à réaliser un développement vigoureux ».

C’est là la manifestation la plus éloquente de l’amitié agissante Chine-Afrique, une amitié sincère et pragmatique de bonne foi qui se confirme comme le champion des amitiés.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :