La Chine redouble d’effort en Guinée dans le domaine médical

par | Avr 30, 2018 | Afrique, MONDE

La première édition du Forum médical sino-ouest-africain des 26 et 27 avril à Conakry, a été l’occasion de la signature d’un accord destiné à mettre en place de deux centres d’excellence à l’hôpital sino-guinéen.

Dans son discours d’ouverture, l’ambassadeur de Chine en Guinée, Bian Jianqiang (image de Une), a expliqué que «c’était en 1968, quand la Chine était encore peu développée et confrontée aux multiples difficultés, le gouvernement chinois, profondément attaché à l’amitié sino-guinéenne et sino-africaine et dans l’esprit de solidarité, a décidé sans aucune hésitation d’envoyer 36 médecins et infirmiers chinois en Guinée. Depuis cette année-là qui a marqué le début de la coopération sanitaire sino-guinéenne, 26 équipes médicales chinoises et plus de 700 professionnels de santé chinois sont venus successivement en Guinée pour se consacrer aux services auprès de la population guinéenne».

En présence d’experts venus du Bénin, de Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger et du Sénégal, et de plus de 40 scientifiques guinéens et experts chinois, le forum a permit de créer une plateforme d’échange scientifique entre les hôpitaux de la sous-région ouest-africaine et les partenaires chinois impliqués dans la santé publique en Afrique.

Améliorer le système de santé de la Guinée

Durant deux jours, les participants ont pu se pencher sur les technique d’amélioration de la pratique hospitalière, la contribution du numérique au développement du système hospitalier et le partage d’expérience et d’expertise entre médecins chinois et africains.

Ainsi, les soins palliatifs, les soins en Afrique Subsaharienne, ainsi que les défis et les perspectives ont été analysés, lors de ce forum organisé à l’occasion du 50ème anniversaire de la première mission médicale chinoise en Guinée.

Le directeur de l’Hôpital de l’Amitié sino-guinéenne, mis en service en 2012, le Dr Ibrahima Camara a précisé que l’essentiel des interventions s’est centré sur le domaine de la neurochirurgie et de la chirurgie non invasive.

De son côté, Bian Jianqiang a estimé que la tenue de ce forum allait sûrement apporter une contribution de poids à la coopération sanitaire internationale, surtout sino-guinéenne. Ce dernier a d’ailleurs assuré que «la coopération sanitaire sino-guinéenne ne cesse d’enregistrer de nouveaux résultats»

Au nom de son gouvernement, le secrétaire général du ministère guinéen de la Santé, le Dr Sékou Camara, a dit espérer que cette importante rencontre de Conakry permette de répondre aux attentes des populations de son pays et des pays africains participants en matière de santé publique et de développement des structures sanitaires.

Il a également souhaité que le forum aille au-delà des échanges formels, mais vers une résolution de certaines maladies sur le sol guinéen, et la formulation de recommandations concrètes pour renforcer le système de santé des Guinéens.

Renforcement de la coopération médicale et sanitaire

Un protocole d’accord entre les autorités chinoises et guinéennes a été signé lors du lancement de la 1ère édition du forum médical sino-ouest africain de Guinée. Il s’agira d’établir deux centres d’excellence à l’hôpital sino-guinéen. Pour le directeur de l’hôpital sino-guinéen Dr Ibrahima Camara, «il s’agit de la création de deux pools d’excellence qui seront installés au sein de son établissement sanitaire, après son projet d’extension».

Ville de Conakry

Le premier concernera le domaine de la traumatologie, car plus de 40% des cas d’évacuations sanitaires à l’extérieur de la Guinée concernent les affections traumatologiques, a précisé le Dr Ibrahima Camara. «Nous voulons que ces malades-là ne soient plus référés à l’extérieur», a souligné le directeur général de l’hôpital sino-guinéen.

Cela explique selon lui pourquoi «les parties guinéennes et chinoises mettent en place un projet d’amélioration de la prise en charge des pathologies liées au traumatisme».

Le second centre se concentrera sur l’apprentissage de la langue chinoise par les employés de l’hôpital sino-guinéen. Le Dr Ibrahima Camara a assuré qu’il est primordial de supprimer la barrière linguistique entre les médecins chinois et guinéens qui travaillent ensemble.

Raison pour laquelle, «nous avons ouvert une classe de langue chinoise au sein de l’hôpital», a précisé Dr Camara. Côté chinois, il est prévu que les médecins chinois apprennent le français, «grâce à l’apport des médecins guinéens, afin que le travail se passe dans l’harmonie totale», a précisé l’agence de presse Xinhua.

 

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :