La Chine a annoncé ce 26 mars des sanctions contre des individus et des entités du Royaume-Uni, suite aux sanctions européennes et américaines contre des responsables chinois.

En effet, ces sanctions font suite à celles prises simultanément par l’UE et plusieurs pays (Grande-Bretagne, Etats-Unis, Canada) contre des responsables chinois accusés de mener une répression contre les musulmans ouïgours dans cette région autonome du nord-ouest de la Chine.

Lire aussi : L’UE, le Canada et les USA sanctionnent la Chine qui réplique

Selon un communiqué du ministère chinois des Affaires étrangères, « le Royaume-Uni a imposé des sanctions unilatérales contre des individus et des entités de la Chine concernés, sous le prétexte de la soi-disant question des droits de l’homme au Xinjiang ».

« Cette action, qui ne se fonde sur rien d’autre que des mensonges et des fausses informations, viole de manière flagrante le droit international et les normes fondamentales gouvernant les relations internationales, s’ingère gravement dans les affaires intérieures de la Chine, et porte atteinte sérieusement aux relations entre la Chine et le Royaume-Uni », a noté le communiqué.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur du Royaume-Uni en Chine pour déposer des représentations solennelles, exprimant sa ferme opposition et sa forte condamnation.

La Chine a sanctionné neuf individus et quatre entités britanniques, qui ont « malicieusement répandu des mensonges et de fausses informations » : Tom Tugendhat, Iain Duncan Smith, Neil O’Brien, David Alton, Tim Loughton, Nusrat Ghani, Helena Kennedy, Geoffrey Nice, Joanne Nicola Smith Finley. Ainsi que les institutions : China Research Group, Conservative Party Human Rights Commission, Uyghur Tribunal, et Essex Court Chambers.

« A partir d’aujourd’hui, les individus concernés et les membres immédiats de leurs familles sont interdits d’entrée sur la partie continentale de la Chine, Hong Kong et Macao de la Chine. Leurs biens en Chine seront congelés, et il sera interdit aux citoyens chinois et aux institutions chinoises de faire des affaires avec eux. La Chine se réserve le droit de prendre plus de mesures », a indiqué le communiqué.

« La Chine est fermement déterminée à sauvegarder sa souveraineté nationale, sa sécurité et ses intérêts de développement, et elle alerte Londres à ne pas aller plus loin sur la fausse voie. Sinon, la Chine prendra résolument d’autres mesures », a ajouté le communiqué.