La Chine, la France, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis ont publié le 3 janvier une déclaration commune sur la prévention d’une guerre nucléaire et de la course aux armements, dans laquelle la Chine a joué un rôle de premier plan et a poussé à la réaffirmation de ne pas viser des engins nucléaires les uns contre les autres ou contre tout autre État.

La déclaration conjointe des cinq États dotés de l’arme nucléaire devrait rassurer la communauté internationale à un moment où la sécurité stratégique internationale est confrontée à de nombreux défis majeurs, ont avancé des experts chinois.

Les signataires sont également membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. Selon la déclaration commune, les cinq pays considèrent que la prévention d’une guerre entre les États dotés d’armes nucléaires et la réduction des risques stratégiques sont leurs principales responsabilités.

De pus, ils ont affirmé qu’une guerre nucléaire ne pouvait être gagnée et ne devait jamais être menée, a indiqué l’agence de presse Xinhua.

Les dirigeants des cinq pays affirment que les armes nucléaires – aussi longtemps qu’elles continueront d’exister – devraient servir à des fins défensives, à décourager l’agression et à empêcher la guerre, selon la déclaration commune.

Ils ont indiqué qu’ils sont également fermement convaincus que la propagation de ces armes doit être empêchés et qu’ils restent attachés aux obligations du Traité de non-prolifération nucléaire, y compris la poursuite de négociations sur les mesures relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée ainsi qu’au désarmement nucléaire.

«Nous réitérons la validité de nos déclarations précédentes sur le dé-ciblage, réaffirmant qu’aucune de nos armes nucléaires n’est dirigée contre nos pays ou contre tout autre État», a indiqué la déclaration conjointe.

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Ma Zhaoxu a déclaré lors d’une conférence de presse que c’était la première fois que les dirigeants des cinq pays publiaient une déclaration sur la question des armes nucléaires.

Ce dernier a indiqué que la situation « reflète la volonté politique des cinq pays de prévenir une guerre nucléaire ainsi que leur voix commune sur la sauvegarde de la stabilité stratégique mondiale et la réduction des risques de conflit nucléaire, à un moment où la sécurité stratégique internationale est confrontée à de nombreux défis majeurs face à un contexte de profonds changements jamais vus depuis un siècle tels que la pandémie de Covid-19 ».

Ce dernier a révélé que la Chine avait joué un rôle de premier plan dans les efforts conjoints des cinq pays et, lors de la discussion sur la déclaration conjointe, la Chine a insisté pour inclure un contenu clé, notamment la réaffirmation de ne pas viser d’engins nucléaires les uns contre les autres ou contre tout autre État.

La Chine a toujours maintenu une stratégie d’autodéfense nucléaire par nature, maintient une politique nucléaire de non-utilisation en premier, et maintient sa puissance nucléaire à un niveau minimum pour sauvegarder la sécurité nationale, a affirmé le vice-ministre. «C’est en soi une contribution importante à la stabilité stratégique mondiale.»